Conspiración y realidad , hechos y manipulaciones masivas en los medios sobre estos hechos: ¿Coronavirus , sólo cuestión de salud pública o hay algo más tras lo que se cuenta a las ” masas”?

www.facebook.com/116849255088133/videos/286694989049658/

TODOS VIGILADOS : PLANES PARA EL NUEVO ORDEN GLOBAL ULTRA NEOLIBERAL TRAS CRISIS DE CORONA-VID 19

Investigadora sobre el tema: Capitalismo de vigilancia

LA ELITE INICIA LA GUERRA EN TODOS LOS FRENTES PARA IMPLANTAR UN NUEVO ORDEN CIBERNÉTICO GLOBAL Y ULTRA NEOLIBERAL

Juan Manuel Soaje Pinto entrevista a Jon Rappoport, estadounidense, periodista independiente, conductor de radio y televisión, escritor y comentarista, politólogo y analista internacional sobre el NOM, pandemia, Covid-19, OMS, organismos de crédito, económico-financiera, Donald Trump y reset de las finanzas globales y mucho mas… Las élites que quieren reemplazar a Dios o ellos ser el nuevo Dios terrenal. Nuestro mayor agradecimiento a: Axel Macaroff por convocar a este interesante periodista y a Luis Álvarez Primo por la traducción simultánea de este vídeo.

PAPELES OFICIALES (6 DE MARZO 2020) SOBRE CRISIS DEL CORONAVIRUS QUE EL GOBIERNO ESPAÑOL HA ESTADO MANIPULANDO Y CONTROLANDO , OCULTANDO, ETC., AL PUEBLO ESPAÑOL

 Centro de Coordinación de Alertas y Emergencias Sanitarias 

En su rueda de prensa semanal: el Presidente del Gobierno Español , Pedro Sánchez, del Partido Socialista Obrero Español (PSOE)/ gobierno en cohabitación con el partido Unidas-Podemos, dirigido por Pablo Iglesias, vicepresidente del Gobierno

 SECRETARIA GENERAL DE SANIDAD Y CONSUMO DIRECCIÓN GENERAL DE SALUD PÚBLICA, CALIDAD E INNOVACIÓN 

para dato completo entra al enlace https://drive.google.com/file/d/1BsP4yXxESZQlzaixZwpmDkV1NUcrtiuy/view

 INFORME TÉCNICO 

Enfermedad por coronavirus, COVID-19 

Actualización; 6 de marzo 2020 Resumen de la situación y aportaciones de esta actualización  El 31 de diciembre de 2019, la Comisión Municipal de Salud y Sanidad de Wuhan (provincia de Hubei, China) informó a la Organización Mundial de la Salud sobre un grupo de 27 casos de neumonía de etiología desconocida, con una exposición común a un mercado mayorista de marisco, pescado y animales vivos en la ciudad de Wuhan, incluyendo siete casos graves. El agente causante de esta neumonía fue identificado como un nuevo virus de la familia Coronaviridae que posteriormente se ha denominado SARS-CoV-2. El cuadro clínico asociado a este virus se ha denominado COVID-19.  Desde el inicio de la epidemia la fecha de este informe se han detectado más de 95.000 casos, de los cuales más de 10.000 se han detectado fuera de China y el número de fallecidos a nivel global asciende a más de 3.300 fallecidos.  La emergencia de un virus hasta ahora desconocido hace que las primeras medidas se deban tomar en función del conocimiento científico existente con virus y situaciones similares y el principio de precaución. La evolución de los acontecimientos y el esfuerzo conjunto de la comunidad científica mundial, han generado gran cantidad de información que se irá modificando en función de las nuevas evidencias. Este documento pretende hacer un resumen analítico de la evidencia científica disponible hasta el momento en torno a la epidemiología, características microbiológicas y clínicas del COVID-19.  En esta actualización se añaden los hallazgos de la misión de expertos de la OMS a China, las investigaciones derivadas de situaciones epidemiológicas especiales como la del brote ocurrido en el crucero “Diamond Princes”, la experiencia clínica y análisis de la mortalidad de las series de casos más largas, los avances acerca del conocimiento del virus y el desarrollo de vacunas 

 Centro de Coordinación de Alertas y Emergencias Sanitarias 

 SECRETARIA GENERAL DE SANIDAD Y CONSUMO DIRECCIÓN GENERAL DE SALUD PÚBLICA, CALIDAD E INNOVACIÓN 

 INFORME TÉCNICO 

Enfermedad por coronavirus, COVID-19 

 Centro de Coordinación de Alertas y Emergencias Sanitarias 

 SECRETARIA GENERAL DE SANIDAD Y CONSUMO DIRECCIÓN GENERAL DE SALUD PÚBLICA, CALIDAD E INNOVACIÓN 

 INFORME TÉCNICO 

Enfermedad por coronavirus, COVID-19 

Manejo de crisis y hechos de pandemia del coronavirus en España, por parte de los responsables del Gobierno y otras instituciones estatales. Análisis y crítica)vídeo IMPRESCINDIBLE

Naomi Klein sobre la pandemia del coronavirus y cómo los millonarios aprovechan para sus proyectos de una nueva Distopía que supera la de 1984 de G. Orwell

First Look Media logo

THE INTERCEPT IS A FIRST LOOK MEDIA COMPANY.© FIRST LOOK MEDIA. ALL RIGHTS RESERVED

MINEOLA, NY - OCTOBER 27:  New York Gov. Andrew Cuomo looks on as Google's Executive Chairman, Eric Schmidt, left, talks during the Smart Schools Commission report at Mineola Middle School on October 27, 2014 in Mineola, New York. Governor Cuomo visited the Long Island school to receive the Smart Schools Commission report which calls for NY State to invest  $2 billion in its schools  in order to enhance teaching and learning through technology.  (Photo by Alejandra Villa-Pool/Getty Images)

SCREEN NEW DEAL

Under Cover of Mass Death, Andrew Cuomo Calls in the Billionaires to Build a High-Tech Dystopia

DONATE200New York Gov. Andrew Cuomo looks on as Google executive chair Eric Schmidt, left, talks during the Smart Schools Commission report at Mineola Middle School on Oct. 27, 2014 in Mineola, N.Y. Photo: Alejandra Villa-Pool/Getty Images

Naomi Klein
May 8 2020, 6:50 p.m.LEIA EM PORTUGUÊS 

FOR A FEW fleeting moments during New York Gov. Andrew Cuomo’s daily coronavirus briefing on Wednesday, the somber grimace that has filled our screens for weeks was briefly replaced by something resembling a smile.

“We are ready, we’re all-in,” the governor gushed. “We are New Yorkers, so we’re aggressive about it, we’re ambitious about it. … We realize that change is not only imminent, but it can actually be a friend if done the right way.”

The inspiration for these uncharacteristically good vibes was a video visit from former Google CEO Eric Schmidt, who joined the governor’s briefing to announce that he will be heading up a blue-ribbon commission to reimagine New York state’s post-Covid reality, with an emphasis on permanently integrating technology into every aspect of civic life.

“The first priorities of what we’re trying to do,” Schmidt said, “are focused on telehealth, remote learning, and broadband. … We need to look for solutions that can be presented now, and accelerated, and use technology to make things better.” Lest there be any doubt that the former Google chair’s goals were purely benevolent, his video background featured a framed pair of golden angel wings.

Just one day earlier, Cuomo had announced a similar partnership with the Bill and Melinda Gates Foundation to develop “a smarter education system.” Calling Gates a “visionary,” Cuomo said the pandemic has created “a moment in history when we can actually incorporate and advance [Gates’s] ideas … all these buildings, all these physical classrooms — why with all the technology you have?” he asked, apparently rhetorically.

It has taken some time to gel, but something resembling a coherent Pandemic Shock Doctrine is beginning to emerge. Call it the “Screen New Deal.” Far more high-tech than anything we have seen during previous disasters, the future that is being rushed into being as the bodies still pile up treats our past weeks of physical isolation not as a painful necessity to save lives, but as a living laboratory for a permanent — and highly profitable — no-touch future.Join Our NewsletterOriginal reporting. Fearless journalism. Delivered to you.I’m in

Anuja Sonalker, CEO of Steer Tech, a Maryland-based company selling self-parking technology, recently summed up the new virus-personalized pitch. “There has been a distinct warming up to human-less, contactless technology,” she said. “Humans are biohazards, machines are not.”

It’s a future in which our homes are never again exclusively personal spaces but are also, via high-speed digital connectivity, our schools, our doctor’s offices, our gyms, and, if determined by the state, our jails. Of course, for many of us, those same homes were already turning into our never-off workplaces and our primary entertainment venues before the pandemic, and surveillance incarceration “in the community” was already booming. But in the future under hasty construction, all of these trends are poised for a warp-speed acceleration.

This is a future in which, for the privileged, almost everything is home delivered, either virtually via streaming and cloud technology, or physically via driverless vehicle or drone, then screen “shared” on a mediated platform. It’s a future that employs far fewer teachers, doctors, and drivers. It accepts no cash or credit cards (under guise of virus control) and has skeletal mass transit and far less live art. It’s a future that claims to be run on “artificial intelligence” but is actually held together by tens of millions of anonymous workers tucked away in warehouses, data centers, content moderation mills, electronic sweatshops, lithium mines, industrial farms, meat-processing plants, and prisons, where they are left unprotected from disease and hyperexploitation. It’s a future in which our every move, our every word, our every relationship is trackable, traceable, and data-mineable by unprecedented collaborations between government and tech giants.RelatedHow New York Gov. Andrew Cuomo Is Using the Pandemic to Consolidate Power

If all of this sounds familiar it’s because, pre-Covid, this precise app-driven, gig-fueled future was being sold to us in the name of convenience, frictionlessness, and personalization. But many of us had concerns. About the security, quality, and inequity of telehealth and online classrooms. About driverless cars mowing down pedestrians and drones smashing packages(and people). About location tracking and cash-free commerce obliterating our privacy and entrenching racial and gender discrimination. About unscrupulous social media platforms poisoning our information ecology and our kids’ mental health. About “smart cities” filled with sensors supplanting local government. About the good jobs these technologies wiped out. About the bad jobs they mass produced.

And most of all, we had concerns about the democracy-threatening wealth and power accumulated by a handful of tech companies that are masters of abdication — eschewing all responsibility for the wreckage left behind in the fields they now dominate, whether media, retail, or transportation.

That was the ancient past known as February. Today, a great many of those well-founded concerns are being swept away by a tidal wave of panic, and this warmed-over dystopia is going through a rush-job rebranding. Now, against a harrowing backdrop of mass death, it is being sold to us on the dubious promise that these technologies are the only possible way to pandemic-proof our lives, the indispensable keys to keeping ourselves and our loved ones safe.It’s a future in which our homes are never again exclusively personal spaces but are also, via high-speed digital connectivity, our schools, our doctor’s offices, our gyms, and, if determined by the state, our jails.

Thanks to Cuomo and his various billionaire partnerships (including onewith Michael Bloomberg for testing and tracing), New York state is being positioned as the gleaming showroom for this grim future — but the ambitions reach far beyond the borders of any one state or country.

And at the dead center of it all is Eric Schmidt. Well before Americans understood the threat of Covid-19, Schmidt had been on an aggressive lobbying and public relations campaign pushing precisely the “Black Mirror” vision of society that Cuomo has just empowered him to build. At the heart of this vision is seamless integration of government with a handful of Silicon Valley giants — with public schools, hospitals, doctor’s offices, police, and military all outsourcing (at a high cost) many of their core functions to private tech companies.

It’s a vision Schmidt has been advancing in his roles as chair of the Defense Innovation Board, which advises the Department of Defense on increased use of artificial intelligence in the military, and as chair of the powerful National Security Commission on Artificial Intelligence, or NSCAI, which advises Congress on “advances in artificial intelligence, related machine learning developments, and associated technologies,” with the goal of addressing “the national and economic security needs of the United States, including economic risk.” Both boards are crowded with powerful Silicon Valley CEOS and top executives from companies including Oracle, Amazon, Microsoft, Facebook, and of course, Schmidt’s colleagues at Google.

WASHINGTON, DC - NOVEMBER 05:  Executive Chairman of Alphabet Inc., Google's parent company, Eric Schmidt speaks during a National Security Commission on Artificial Intelligence (NSCAI) conference November 5, 2019 in Washington, DC. The commission held a conference on "Strength Through Innovation: The Future of A.I. and U.S. National Security."  (Photo by Alex Wong/Getty Images)

Eric Schmidt, executive chair of Alphabet Inc., Google’s parent company, speaks during a National Security Commission on Artificial Intelligence conference on Nov. 5, 2019 in Washington, D.C.

Photo: Alex Wong/Getty Images

AS CHAIR, SCHMIDT, who still holds more than $5.3 billion in shares of Alphabet (Google’s parent company), as well as large investments in other tech firms, has essentially been running a Washington-based shakedown on behalf of Silicon Valley. The main purpose of the two boards is to call for exponential increases in government spending on research into artificial intelligence and on tech-enabling infrastructure like 5G — investments that would directly benefit the companies in which Schmidt and other members of these boards have extensive holdings.

First in closed-door presentations to lawmakers and later in public-facing op-eds and interviews, the thrust of Schmidt’s argument has been that since the Chinese government is willing to spend limitless public money building the infrastructure of high-tech surveillance, while allowing Chinese tech companies like Alibaba, Baidu, and Huawei to pocket the profits from commercial applications, the U.S.’s dominant position in the global economy is on the precipice of collapsing.Read Our Complete CoverageThe Coronavirus Crisis

The Electronic Privacy Information Center recently got access through a Freedom of Information Act request to a presentation made by Schmidt’s NSCAI one year ago, in May 2019. Its slides make a series of alarmist claims about how China’s relatively lax regulatory infrastructure and its bottomless appetite for surveillance are causing it to pull ahead of the U.S. in a number of fields, including “AI for medical diagnosis,” autonomous vehicles, digital infrastructure, “smart cities,” ride-sharing, and cashless commerce.

The reasons given for China’s competitive edge are myriad, ranging from the sheer volume of consumers who shop online; “the lack of legacy banking systems in China,” which has allowed it to leapfrog over cash and credit cards and unleash “a huge e-commerce and digital services market” using “digital payments”; and a severe doctor shortage, which has led the government to work closely with tech companies like Tencent to use AI for “predictive” medicine. The slides note that in China, tech companies “have the authority to quickly clear regulatory barriers while American initiatives are mired in HIPPA compliance and FDA approval.”

89-surveillance

Image: NSCAI

More than any other factor, however, the NSCAI points to China’s willingness to embrace public-private partnerships in mass surveillance and data collection as a reason for its competitive edge. The presentation touts China’s “Explicit government support and involvement e.g. facial recognition deployment.” It argues that “surveillance is one of the ‘first-and-best customers’ for Al” and further, that “mass surveillance is a killer application for deep learning.”

A slide titled “State Datasets: Surveillance = Smart Cities” notes that China, along with Google’s main Chinese competitor, Alibaba, are racing ahead.

95-smart_data_cities

Image: NSCAI

This is notable because Google’s parent company Alphabet has been pushing this precise vision through its Sidewalk Labs division, choosing a large portion of Toronto’s waterfront as its “smart city” prototype. But the Toronto project was just shut down after two years of ceaseless controversy relating to the enormous amounts of personal data that Alphabet would collect, a lack of privacy protections, and questionable benefits for the city as a whole.

Five months after this presentation, in November, NSCAI issued an interim report to Congress further raising the alarm about the need for the U.S. to match China’s adaptation of these controversial technologies. “We are in a strategic competition,” states the report, obtained via FOIA by the Electronic Privacy Information Center. “AI will be at the center. The future of our national security and economy are at stake.”

By late February, Schmidt was taking his campaign to the public, perhaps understanding that the budget increases his board was calling for could not be approved without a great deal more buy-in. In a New York Times op-ed headlined “I used to Run Google. Silicon Valley Could Lose to China,” Schmidt called for “unprecedented partnerships between government and industry” and, once again, sounding the yellow peril alarm:

A.I. will open new frontiers in everything from biotechnology to banking, and it is also a Defense Department priority. … If current trends continue, China’s overall investments in research and development are expected to surpass those of the United States within 10 years, around the same time its economy is projected to become larger than ours.

Unless these trends change, in the 2030s we will be competing with a country that has a bigger economy, more research and development investments, better research, wider deployment of new technologies and stronger computing infrastructure. … Ultimately, the Chinese are competing to become the world’s leading innovators, and the United States is not playing to win.

The only solution, for Schmidt, was a gusher of public money. Praising the White House for requesting a doubling of research funding in AI and quantum information science, he wrote: “We should plan to double funding in those fields again as we build institutional capacity in labs and research centers. … At the same time, Congress should meet the president’s request for the highest level of defense R & D funding in over 70 years, and the Defense Department should capitalize on that resource surge to build breakthrough capabilities in A.I., quantum, hypersonics and other priority technology areas.”

That was exactly two weeks before the coronavirus outbreak was declared a pandemic, and there was no mention that a goal of this vast, high-tech expansion was to protect American health. Only that it was necessary to avoid being outcompeted by China. But, of course, that would soon change.Share Your Coronavirus StoryClick here to learn about contacting a reporter securely, or email us at coronavirus@theintercept.com

In the two months since, Schmidt has put these preexisting demands — for massive public expenditures on high-tech research and infrastructure, for a slew of “public-private partnerships” in AI, and for the loosening of myriad privacy and safety protections — through an aggressive rebranding exercise. Now all of these measures (and more) are being sold to the public as our only possible hope of protecting ourselves from a novel virus that will be with us for years to come.

And the tech companies to which Schmidt has deep ties, and which populate the influential advisory boards he chairs, have all repositioned themselves as benevolent protectors of public health and munificent champions of “everyday hero” essential workers (many of whom, like delivery drivers, would lose their jobs if these companies get their way). Less than two weeks into New York state’s lockdown, Schmidt wrote an op-ed for the Wall Street Journal that both set the new tone and made clear that Silicon Valley had every intention of leveraging the crisis for a permanent transformation.

Like other Americans, technologists are trying to do their part to support the front-line pandemic response. …

But every American should be asking where we want the nation to be when the Covid-19 pandemic is over. How could the emerging technologies being deployed in the current crisis propel us into a better future? … Companies like Amazon know how to supply and distribute efficiently. They will need to provide services and advice to government officials who lack the computing systems and expertise.

We should also accelerate the trend toward remote learning, which is being tested today as never before. Online, there is no requirement of proximity, which allows students to get instruction from the best teachers, no matter what school district they reside in. …

The need for fast, large-scale experimentation will also accelerate the biotech revolution. … Finally, the country is long overdue for a real digital infrastructure…. If we are to build a future economy and education system based on tele-everything, we need a fully connected population and ultrafast infrastructure. The government must make a massive investment—perhaps as part of a stimulus package—to convert the nation’s digital infrastructure to cloud-based platforms and link them with a 5G network.

Indeed Schmidt has been relentless in pursuing this vision. Two weeks after that op-ed appeared, he described the ad-hoc homeschooling programing that teachers and families across the country had been forced to cobble together during this public health emergency as “a massive experiment in remote learning.” The goal of this experiment, he said, was “trying to find out: How do kids learn remotely? And with that data we should be able to build better remote and distance learning tools which, when combined with the teacher … will help kids learn better.” During this same video call, hosted by the Economic Club of New York, Schmidt also called for more telehealth, more 5G, more digital commerce, and the rest of the preexisting wish list. All in the name of fighting the virus.

His most telling comment, however, was this: “The benefit of these corporations, which we love to malign, in terms of the ability to communicate, the ability to deal with health, the ability to get information, is profound. Think about what your life would be like in America without Amazon.” He added that people should “be a little bit grateful that these companies got the capital, did the investment, built the tools that we’re using now, and have really helped us out.”

WASHINGTON, DC - NOVEMBER 05:  Executive Chairman of Alphabet Inc., Google's parent company, Eric Schmidt speaks during a National Security Commission on Artificial Intelligence (NSCAI) conference November 5, 2019 in Washington, DC. The commission held a conference on "Strength Through Innovation: The Future of A.I. and U.S. National Security."  (Photo by Alex Wong/Getty Images)

Associate professor Carol Dysinger, right, of New York University’s Tisch School of the Arts conducts her weekly remote-learning class for the graduate school filmmaking students on April 9, 2020 at her apartment in Brooklyn, N.Y.

Photo: Robert Nickelsberg/Getty Images

IT’S A REMINDER that, until very recently, public pushback against these companies was surging. Presidential candidates were openly discussing breaking up big tech. Amazon was forced to pull its plans for a New York headquarters because of fierce local opposition. Google’s Sidewalk Labs project was in perennial crisis, and Google’s own workers were refusingto build surveillance tech with military applications.

In short, democracy — inconvenient public engagement in the designing of critical institutions and public spaces — was turning out to be the single greatest obstacle to the vision Schmidt was advancing, first from his perch at the top of Google and Alphabet and then as chair of two powerful boards advising Congress and Department of Defense. As the NSCAI documents reveal, this inconvenient exercise of power by members of the public and by tech workers inside these mega-firms, has, from the perspective of men like Schmidt and Amazon CEO Jeff Bezos, maddeningly slowed down the AI arms race, keeping fleets of potentially deadly driverless cars and trucks off the roads, protecting private health records from becoming a weapon used by employers against workers, preventing urban spaces from being blanketing with facial recognition software, and much more.

Now, in the midst of the carnage of this ongoing pandemic, and the fear and uncertainty about the future it has brought, these companies clearly see their moment to sweep out all that democratic engagement. To have the same kind of power as their Chinese competitors, who have the luxury of functioning without being hampered by intrusions of either labor or civil rights.

All of this is moving very fast. The Australian government has contractedwith Amazon to store the data for its controversial coronavirus tracking app. The Canadian government has contracted with Amazon to deliver medical equipment, raising questions about why it bypassed the public postal service. And in just a few short days in early May, Alphabet has spun up a new Sidewalk Labs initiative to remake urban infrastructure with $400 million in seed capital. Josh Marcuse, executive director of the Defense Innovation Board that Schmidt chairs, announced that he was leaving that job to work full-time at Google as head of strategy and innovation for global public sector, meaning that he will be helping Google to cash in on some of the many opportunities he and Schmidt have been busily creating with their lobbying.Democracy — inconvenient public engagement in the designing of critical institutions and public spaces — has been the single greatest obstacle to the vision Schmidt has been advancing.

To be clear, technology is most certainly a key part of how we must protect public health in the coming months and years. The question is: Will that technology be subject to the disciplines of democracy and public oversight, or will it be rolled out in state-of-exception frenzy, without asking critical questions that will shape our lives for decades to come? Questions like, for instance: If we are indeed seeing how critical digital connectivity is in times of crisis, should these networks, and our data, really be in the hands of private players like Google, Amazon, and Apple? If public funds are paying for so much of it, should the public also own and control it? If the internet is essential for so much in our lives, as it clearly is, should it be treated as a nonprofit public utility?

And while there is no doubt that the ability to teleconference has been a lifeline in this period of lockdown, there are serious debates to be had about whether our more lasting protections are distinctly more human. Take education. Schmidt is right that overcrowded classrooms present a health risk, at least until we have a vaccine. So how about hiring double the number of teachers and cutting class size in half? How about making sure that every school has a nurse?

That would create much-needed jobs in a depression-level unemployment crisis and give everyone in the learning environment more elbow room. If buildings are too crowded, how about dividing the day into shifts, and having more outdoor education, drawing on the plentiful research that shows that time in nature enhances children’s capacity to learn?

Introducing those kinds of changes would be hard, to be sure. But they are not nearly as risky as giving up on the tried-and-true technology of trained humans teaching younger humans face-to-face, in groups where they learn to socialize with one another to boot.

Upon learning of New York state’s new partnership with the Gates Foundation, Andy Pallotta, president of New York State United Teachers, was quick to react: “If we want to reimagine education, let’s start with addressing the need for social workers, mental health counselors, school nurses, enriching arts courses, advanced courses and smaller class sizes in school districts across the state,” he said. A coalition of parents’ groups also pointed out that if they had indeed been living an “experiment in remote learning” (as Schmidt put it), then the results were deeply worrying: “Since the schools were shut down in mid-March, our understanding of the profound deficiencies of screen-based instruction has only grown.”

SILVER SPRING, MARYLAND - MARCH 26: Staff members at Woodlin Elementary School distribute computers to parents of Montgomery County students who do not have them March 26, 2020 in Silver Spring, Maryland. Due to the outbreak of COVID-19, students across the U.S. are increasingly attending their classes online due to the closure of schools. (Photo by Win McNamee/Getty Images)

Staff members at Woodlin Elementary School distribute computers to parents of Montgomery County students on March 26, 2020 in Silver Spring, Md.

Photo: Win McNamee/Getty Images

IN ADDITION TO the obvious class and race biases against children who lack internet access and home computers (problems that tech companies are eager to be paid to solve with massive tech buys), there are big questions about whether remote teaching can serve many kids with disabilities, as required by law. And there is no technological solution to the problem of learning in a home environment that is overcrowded and/or abusive.

The issue is not whether schools must change in the face of a highly contagious virus for which we have neither cure nor inoculation. Like every institution where humans gather in groups, they will change. The trouble, as always in these moments of collective shock, is the absence of public debate about what those changes should look like and whom they should benefit. Private tech companies or students?We face real and hard choices between investing in humans and investing in technology. Because the brutal truth is that, as it stands, we are very unlikely to do both.

The same questions need to be asked about health. Avoiding doctor’s offices and hospitals during a pandemic makes good sense. But telehealth misses a huge amount. So we need to have an evidence-based debate about the pros and cons of spending scarce public resources on telehealth — versus on more trained nurses, equipped with all the necessary protective equipment, who are able to make house calls to diagnose and treat patients in their homes. And perhaps most urgently, we need to get the balance right between virus tracking apps, which with the proper privacy protections have a role to play, and the calls for a Community Health Corps that would put millions of Americans to work not only doing contact tracing but making sure that everyone has the material resources and support they need to quarantine safely.

In each case, we face real and hard choices between investing in humans and investing in technology. Because the brutal truth is that, as it stands, we are very unlikely to do both. The refusal to transfer anything like the needed resources to states and cities in successive federal bailouts means that the coronavirus health crisis is now slamming headlong into a manufactured austerity crisis. Public schools, universities, hospitals, and transit are facing existential questions about their futures. If tech companies win their ferocious lobbying campaign for remote learning, telehealth, 5G, and driverless vehicles — their Screen New Deal — there simply won’t be any money left over for urgent public priorities, never mind the Green New Deal that our planet urgently needs.

On the contrary: The price tag for all the shiny gadgets will be mass teacher layoffs and hospital closures.

Tech provides us with powerful tools, but not every solution is technological. And the trouble with outsourcing key decisions about how to “reimagine” our states and cities to men like Bill Gates and Eric Schmidt is that they have spent their lives demonstrating the belief that there is no problem that technology cannot fix.

For them, and many others in Silicon Valley, the pandemic is a golden opportunity to receive not just the gratitude, but the deference and power that they feel has been unjustly denied. And Andrew Cuomo, by putting the former Google chair in charge of the body that will shape the state’s reopening, appears to have just given him something close to free reign.

This is the first installment in an ongoing series about the shock doctrine and disaster capitalism in the age of Covid-19.https://o.prod.theintercept.com/checkout/template/show?displayMode=inline&containerSelector=%23third-party–article-bottom&templateId=OTH1FH2KEDAT&templateVariantId=OTVQFSDKU4JFO&offerId=fakeOfferId&showCloseButton=false&trackingId=%7Bjcx%7DH4sIAAAAAAAAAI2QS2_CMBCE_4vPGNlOnDi5RSIpASEeDRRxcxwTTPMiTni06n9voLQVh0rd2-43M1rNO-AqAS7Y6c2l9F7y0Ac9UPFUrpQ8hVdCEEEQUYgtiDHEJqQU2oxBa0aspQguJIjqRZ4RaMeWKbDDDNuxpOmYsSBGYtGE21tKiYG6YHmuZK1kIeQt2l_PJqNoTtej0Hug_lmKtlFlcZNhhuirwVCiIeqG6FSX25gUfJsxcYjFQaA8ffB74sesd-UpknmV8Uai56fQ3Gx8aqznhHSOHdffDLhN3coeaO77zTyNhjgYkrE_8CLwy1a8Vrxo7pLVPHgejJfmKJh2GsHziqu00MAt2izrgaPS6kt6hH91OUEz7i_e9vtSnseVYfynS1V1kZT07T7GZp9go7u1WtZeKoumQ0mury83GXAxZY6NLObQj09oveno8AEAAA&experienceId=EXPMJTQ5XJIA&tbc=%7Bjzx%7D1N9UP0ZLlv4NEs7p2wR-wMVdeL3A0PHSIXldkIF4Tl9gKCyE80X20ZmRB0qTJbQpheyM8Mcut46fzBQNkQqF68gJy0zL7tHllZvsO96Lk8Ws0mBakVw810E6Bx9yxZKBmNGFpLgWa27oG7LY0wdcfw&iframeId=offer-0-LuWpU&url=https%3A%2F%2Ftheintercept.com%2F2020%2F05%2F08%2Fandrew-cuomo-eric-schmidt-coronavirus-tech-shock-doctrine%2F&parentDualScreenLeft=20&parentDualScreenTop=23&parentWidth=1324&parentHeight=793&parentOuterHeight=856&aid=hsZyoAWmIE&tags=Day%3A+Friday%2CTime%3A+14.00%2CVery+Long%2CPage+Type%3A+Article%2CCollection%3A+The+Coronavirus+Crisis%2CSubject%3A+Technology%2CPartner%3A+Factiva%2CPartner%3A+Smart+News%2CPartner%3A+Social+Flow%2CLanguage%3A+English%2CSite%3A+The+Intercept&contentSection=Series&contentAuthor=Naomi+Klein&contentCreated=2020-05-08T16%3A50%3A56.000Z&pageViewId=2020-05-16-11-14-55-788-6P26UcFy2FTrRml2-7b64c1983796e494bc23d65da7f55230&visitId=v-2020-05-16-11-14-55-788-M0PaERzjjoexKp33-7b64c1983796e494bc23d65da7f55230&pianoIdUrl=https%3A%2F%2Fid.tinypass.com%2Fid%2F&userProvider=piano_id&userToken=&customCookies=%7B%7D&hasLoginRequiredCallback=true&width=720&_qh=67ff7351a6

CONTACT THE AUTHOR:

Naomi Klein@NaomiAKlein

RELATED

How New York Gov. Andrew Cuomo Is Using the Pandemic to Consolidate PowerNaomi Klein and Shoshana Zuboff on the Rise of Surveillance CapitalismPrivacy Experts Say Responsible Coronavirus Surveillance Is PossibleThe Inventors of Bluetooth Say There Could Be Problems Using Their Tech for Coronavirus Contact Tracing

LATEST STORIES

Detainees at a Federal Jail Said Their Coronavirus Symptoms Were Ignored. The Government Is Fighting to Keep the Records Secret.Nick Pinto — May. 15“Not sure what this is, but I have written you about a week ago about it and I still haven’t been seen. I hope this isn’t the virus symptoms.”How the House Progressives’ Plan to #PutPeopleFirst Fell ShortAída Chávez — May. 15In April, progressives in and out of Congress agreed on key coronavirus relief demands. Now, the HEROES Act is poised to pass, without many of their asks.After Mocking Biden for Calling H1N1 Flu “N1H1,” Trump Says 1918 Pandemic Was in 1917Robert Mackey — May. 15After Donald Trump suggested Joe Biden was out of it for mixing up the name of a virus, he wrongly said the 1918 pandemic happened in 1917 for the 40th time.  200 Comments

Join Our NewsletterOriginal reporting. Fearless journalism. Delivered to you.Weekly editor’s picksBreaking stories and exclusivesPolitics coverageUpdates, events, and ways to support The InterceptI agree to The Intercept’s terms and privacy policy.

© FIRST LOOK MEDIA. ALL RIGHTS RESERVED

Medicación y efectos secundarios Cuidado ! Pueden ser letales o muy dañinos. Dr Peter Goetzche, biólogo y médico crítico con el sistema de Salud y sus conexiones con la Big Pharma Globalizada transnacional

www.youtube.com/watch

Traducción simultánea al español. Conferencia-coloquio de Peter Gøtzsche en Madrid el 19 de septiembre de 2016. Organizado por la Asociación Madrileña de Salud Mental (AMSM)

Análisis sobre la crisis del coronavirus por el Nobel de Química Profesor Michael Levitt( subtitulado en inglés)

As he is careful to point out, Professor Michael Levitt is not an epidemiologist. He’s Professor of Structural Biology at the Stanford School of Medicine, and winner of the 2013 Nobel Prize for Chemistry for “the development of multiscale models for complex chemical systems.” With a purely statistical perspective, he has been playing close attention to the Covid-19 pandemic since January, when most of us were not even aware of it. He first spoke out in early February, when through analysing the numbers of cases and deaths in Hubei province he predicted with remarkable accuracy that the epidemic in that province would top out at around 3,250 deaths. In this interview with Freddie Sayers, Executive Editor of UnHerd, Professor Levitt explains why he thinks indiscriminate lockdown measures as “a huge mistake,” and advocates a “smart lockdown” policy, focused on more effective measures, focused on protecting elderly people. Read the full accompanying article here: https://unherd.com/thepost/nobel-priz…

Siguiendo la pista de los médicos detectives (¿qué es realmente el coronavirus?(francés, traducido del alemán)

Overblog

 Connexion+ Créer mon blog

Le-Blog-Sam-La-Touch.over-blog.com

Le-Blog-Sam-La-Touch.over-blog.com

Blog contre le racisme, le (néo)colonialisme et l’impérialisme

La guerre contre un joker aux multiples visages (Wodarg.com)

par Wolfgang Wodarg 5 Mai 2020, 19:00 Mutations Coronavirus Vaccins Articles de Sam La Touch

La guerre contre un joker
Article originel : Der Krieg gegen einen Joker
Par Wolfgang Wodarg
Wodarg.com

La guerre contre un joker aux multiples visages (Wodarg.com)

L’industrie pharmaceutique et ses virologistes tentent actuellement, pour des raisons de transparence, de définir l’agent pathogène SARS-CoV2 comme un ennemi stable. Pour la “guerre contre le virus”, le danger est nécessaire sous la forme d’une balle à pointes. Un “monde sans coronavirus” est l’objectif déclaré de Bill Gates, obsédé par les vaccins, ainsi que de ses amis politiques. En ce qui concerne une éventuelle vaccination, ils tentent également de nous donner l’illusion d’un adversaire clairement défini dans le monde des virus. Après tout, c’est la condition préalable à l’activité de test et à l’application par les gouvernements d’une politique de vaccination mondiale sans risque pour les fabricants de vaccins. Aujourd’hui, le 4.5.2020, une conférence de donateurs en ligne sur la “Création d’un monde sans corona” (ARD-Tagesschau) a lieu et la chancelière Merkel promet d’y consacrer des milliards de nos impôts.PUBLICIDAD

D’un point de vue scientifique, tous ces efforts sont – pour ne pas dire plus – de dangereuses aberrations. Je ne parle pas encore des profiteurs de cette folie.

La vie n’est pas triviale et contrôlable

Il est absolument certain que le virus du SRAS évolue aussi constamment et rapidement. Et à quoi sert une vaccination contre quelque chose qui a changé de façon incalculable depuis longtemps ?

Notre système immunitaire réagit également de manière imprévisible. Des immunités croisées ? Une mémoire immunitaire ?  La spécificité et la signification des tests s’estompent rapidement. Il en va de même pour l’effet d’un vaccin.

C’est pourquoi la preuve de l’immunité est une farce, et si elle devient une loi, un danger pour la santé qui ne peut être justifié.

Pour la même raison, les vaccinations de masse contre les virus respiratoires sont un non-sens risqué et peuvent causer des dommages corporels. Avec l’évolution rapide des agents pathogènes, comme pour la vaccination contre la grippe, le succès est une question de chance. Ce n’est qu’ensuite qu’il est possible de déterminer si les personnes vaccinées étaient en meilleure posture que les personnes non vaccinées. Cela reste une bonne chose, car une évaluation préalable des avantages fondée sur des preuves ne sera bien sûr jamais possible. Jusqu’à présent, d’autres virus ont également été résistants et se sont propagés là où un type de virus était rendu plus difficile par la vaccination.

Les virus de Wuhan ont disparu depuis longtemps.

Il y a un taux de mutation extrêmement élevé des virus à ARN, qui inclut le SRAS-CoV2.

Ce taux est démontré de manière impressionnante par le site web CoV-Glue, “Amino acid analysis for the SARS-CoV-2 pandemic”, qui montre que pour le CoV2, le taux de mutation est très élevé sur une période très courte d’environ 4 mois.

  • 7237 variants non-synonymes, c’est-à-dire des mutations (remplacements) modifiant les acides aminés,
  • 6 insertions (insertion de bases supplémentaires) et
  • 87 délétions (perte de bases dans la séquence du gène) dans les séquences de gènes trouvées. .

Cela signifie que pour un génome qui ne comprend lui-même qu’environ 30 000 bases, un nombre énorme de mutations, d’insertions et de délétions sont effectuées en très peu de temps. Et ce ne sont là que les données de quelques milliers de virus du SRAS-CoV2 qui ont été séquencés. La nature en connaît beaucoup, beaucoup plus.

 Les mutations non synonymes provoquent l’incorporation d’autres acides aminés dans les protéines du virus. Celles-ci modifient donc les propriétés chimiques de ces protéines. Ces mutations s’accumulent en quelques semaines ( !), comme le montrent les données.

Les insertions et les suppressions sont d’une importance particulière, car elles peuvent entraîner un décalage de cadre, où toute la chaîne suivante est lue différemment. Il existe également des mutations synonymes qui, bien qu’elles ne modifient pas la structure primaire des protéines du SRAS-CoV2, peuvent toujours jouer un rôle dans le diagnostic. En outre, de nombreuses questions restent en suspens quant aux effets ultérieurs des mutations synonymes.

Les doutes sur le test PCR, ont existé dès le début : Li et al, “Stability Issues of RT-PCR Testing of SARS-CoV-2 for Hospitalized Patients Clinically Diagnosed with COVID-19”, J Med Virol. 2020 Mar 26. doi : 10.1002/jmv.25786,

Instantanés d’une histoire sans fin

Un autre point important est que les virus du SRAS-CoV2 séquencés jusqu’à présent montrent une section extrêmement réduite de la nature. Par rapport au génome total de tous les coronavirus chez l’homme, cette section est de peu d’importance. Il faut aussi se rappeler qu’il n’y a pas que le SRAS-CoV2, mais aussi d’autres coronavirus humains – et qu’ils mutent aussi. Sinon, on ne se serait pas retrouvé avec le virus du SRAS-CoV2.

Les analyses informatiques, par exemple de l’arbre généalogique du SRAS-CoV2 (analyse phylogénétique), sont très problématiques sur la base de cette section extrêmement réduite de la nature telle qu’elle existe aujourd’hui. Depuis 15 ans, les coronavirus n’ont guère été pris en considération, ni chez l’homme ni chez l’animal. La grande majorité des séquences de gènes de coronavirus dans les bases de données proviennent des 4 derniers mois ou ont 15 ans.

La critique de cette situation n’est pas nouvelle, notamment la répartition géographique très inhomogène des séquences de gènes trouvées, voir Mavian et al, “Regaining perspective on SARS-CoV-2 molecular tracing and its implications”, medrxiv, 20.3. 2020, : “Toutefois, dans un nouvel arbre déduit une semaine plus tard, lorsque plus de 135 nouvelles séquences du génome complet ont été mises à disposition sur GISAID (Figure S2), le lien direct entre l’Allemagne et l’Italie a disparu en raison du regroupement supplémentaire de séquences précédemment non échantillonnées du Portugal, du Brésil, du Pays de Galles et des Pays-Bas (Figure 2b).

Zoonose ? Un terme de combat superflu, car l’homme est aussi un zoonose.

Selon certaines publications, les haplotypes (c’est-à-dire les modèles génétiques) du SRAS-CoV2 ont déjà disparu à nouveau, c’est-à-dire qu’on ne les trouve plus dans les séquences de base nouvellement séquencées. Le SRAS(1) a lui aussi disparu depuis longtemps. Quel sens a alors une distance génétique entre deux séquences de gènes ?

Mais la virologie fait ce qu’elle fait depuis 30 ans. Elle trouve une séquence de gènes viraux qu’elle ne connaissait pas encore et déclare le virus nouvellement découvert comme un virus mortel. Pour que cela fonctionne, il faut l’hypothèse de la zoonose. Sans cela, ça ne fonctionne pas.

Car ce n’est que grâce à cette hypothèse qu’un agent pathogène a été nouvellement transféré d’un animal hôte à l’homme à Wuhan, au marché aux poissons, à la fin de 2019, que l’on peut supposer de manière générale que l’agent pathogène a une pathogénicité accrue (= un potentiel accru de provoquer une maladie). L’agent pathogène est nouveau pour l’homme, c’est pourquoi les humains, contrairement aux hôtes d’origine, n’ont pas eu la possibilité de s’adapter au nouvel agent pathogène.

Cette approche fonctionne bien parce qu’on part toujours du principe que les patients sont gravement malades, qui souffrent alors généralement de plusieurs maladies (multimorbide), et que les personnes ne présentant pas ou peu de symptômes ne sont pas testées. Et vous avez immédiatement la preuve apparente que les tests positifs et la mort vont de pair.


Pour preuve, la société Drosten, Wieler & Co. présente deux séquences de gènes, l’une provenant d’un coronavirus animal et l’autre d’un coronavirus humain, et souligne la grande distance génétique. Cette affirmation peut être faite si facilement parce qu’il n’y a pas de données pour quoi que ce soit entre les deux. Personne n’a mesuré les coronavirus animaux et humains dans la densité nécessaire au cours des 15 dernières années.

Un très grand nombre de personnes atteintes du SRAS-CoV2 ne présentent aucun symptôme ou seulement des symptômes légers. La proportion de personnes asymptomatiques qui ne présentent pas de symptômes serait de 50 à 70 %. Cela n’est pas possible sans que le système immunitaire ait été préparé au virus. Cela suggère un développement continu jusqu’au SARS-CoV2 (et ses nombreuses variantes).

Celui qui parle d’origine ne fait que montrer où il a commencé à penser.

De plus en plus, des analyses phylogénétiques sont également effectuées pour tenter de construire un arbre généalogique différent à partir des nombreuses séquences de gènes différentes. L’hypothèse du SRAS-CoV2 a été rejetée fin 2019 en raison de la zoonose.

Les analyses de ce type sont problématiques en raison de la période d’échantillonnage très courte. Cependant, c’est tout ce qui est disponible actuellement. En outre, le point zéro, c’est-à-dire la séquence de référence par rapport à laquelle les mutations sont évaluées, est choisi arbitrairement. Ce n’est qu’en Chine que le nouveau test PCR a été lancé et que les premières séquences de gènes ont été générées. Ce n’est qu’alors qu’ils ont fait de même dans d’autres parties du monde. Ce qui est une mutation en avant et en arrière est une déclaration relative par rapport à la séquence de référence. La propagation supposée ne reflète que la séquence géographique des tests. Néanmoins, les alarmistes de Johns Hopkins continuent à l’utiliser ailleurs.

Vous devriez enfin abandonner l’image d’un “arbre généalogique” – l’image des réseaux récursifs semble plus appropriée.

La diversité du SARS-CoV2 est telle que des grappes se forment même dans les petits échantillons. Il n’est plus possible de déterminer clairement comment le virus est arrivé à New York. Cf. Gonzalez-Reiche et al, “Introductions et propagation précoce du SRAS-CoV-2 dans la région de New York”, 16 avril 2020, medxriv : “L’analyse phylogénétique de 84 génomes distincts du SRAS-CoV2 indique des introductions multiples, indépendantes mais isolées, principalement en provenance d’Europe et d’autres régions des États-Unis. De plus, nous trouvons des preuves de la transmission communautaire du SRAS-CoV2, comme le suggèrent les groupes de virus apparentés trouvés chez des patients vivant dans différents quartiers de la ville.

Ces grappes ont dû se former aux États-Unis au cours des trois derniers mois. Il s’agit du SRAS-CoV2 et tout ce qui a conduit au SRAS-CoV2 est beaucoup plus ancien.

D’autres interprétations des mêmes données ( !) provenant des bases de données génétiques suggèrent que le SRAS-CoV2 se propage chez l’homme depuis plus de 40 ans. Voir Chaw et al, “The origin and underlying driving forces of the SARS-CoV-2 outbreak”, 14 avril 2020, bioxriv :


“Nous devons souligner que l’estimation du TMRCA est fortement influencée par le schéma d’échantillonnage du génome. Comme le premier génome disponible a été échantillonné le 24 décembre 2009, soit près d’un mois après l’épidémie, l’origine réelle de l’épidémie actuelle pourrait bien être antérieure à notre estimation.

“En supposant un taux de substitution des synonymes de 2,9×10-3/site/an, on a estimé que la recombinaison s’est produite il y a environ 40 ans (95% HPD : 31-69 ans ; temps de divergence (t) = divergence (dS)/(taux de substitution x 2 x 3), en considérant que la dS dans la RBD est 3 fois supérieure à la moyenne du génome). Les acides aminés de la région RBD des deux génomes ont été maintenus par sélection naturelle depuis lors, tandis que des substitutions synonymes ont été accumulées. Si cela est vrai, le SRAS-CoV-2 pourrait avoir circulé de façon cryptique parmi les humains pendant des années avant d’être récemment remarqué.

Ces évaluations sont très récentes et il reste à voir si cette prépublication passera le cap du processus tant vanté d’examen par les pairs par lequel la science se “régule” elle-même et l’état des connaissances.

Ce que le glyphosate est aux champs, les antiviraux le sont aux humains

Les virus sont probablement aussi vieux que les bactéries. Le système immunitaire des vertébrés est le seul capable d’harmoniser l’organisme avec les variantes de virus toujours nouvelles. C’est exactement pour cela qu’il a été créé au cours de l’évolution. Le groupe des vertébrés est né il y a environ 500 millions d’années et le concept de système immunitaire est peut-être encore plus ancien. Il y a 500 millions d’années, le système immunitaire des vertébrés, dont le point d’aboutissement préliminaire est l’homme, s’est développé en contact étroit avec les virus. Cependant, la médecine moderne utilise des corticostéroïdes pour supprimer la réponse immunitaire, comme le montrent de nombreux protocoles de traitement COVID-19, notamment en provenance des États-Unis.

 En attendant, l’industrie fait constamment de la publicité pour de nouveaux médicaments. Où sont-ils utilisés ? 98 % des tests positifs ne présentent aucun symptôme ou seulement des symptômes légers. Mais les médias mélangent sans critique test et infection, infection et maladie symptomatique, maladie symptomatique et mort. Les personnes gravement touchées sont âgées de plus de 80 ans en moyenne et souffrent de graves affections préexistantes dans la grande majorité des cas. Personne ne peut dire combien d’entre eux sont morts à la suite d’une ventilation prématurée. En attendant, les patients des soins intensifs sont encore sevrés de leur respiration avec du fentanyl, entre autres, sinon la respiration artificielle ne fonctionnera pas. Ces patients se réveillent, si tant est qu’ils le fassent, comme des drogués. Katherine Ellen Foley, “Some drugs used to keep coronavirus patients on ventilators are in short supply”, Quartz, 31 mars 2020,


La peur sort de l’Unité de soins intensifs (USI), mais que se passe-t-il ?

L’USI montre ce qu’elle peut faire. En outre, il existe des médicaments comme le Remdesivir, qui s’est révélé trop toxique pour le traitement de l’Ebola et qui échoue à d’autres tests.

Josh Farkas. “PulmCrit – Onze raisons pour lesquelles l’article du NEJM sur le remdesivir ne révèle rien”, 11 avril 2020,

Tous les doutes n’ont pas empêché la mise sur le marché du Remdesivir pour son utilisation aux Etats-Unis par la méthode flash.

Ou encore les thérapies combinées à la chloroquine et à l’azithromycine, qui peuvent entraîner un arrêt cardiaque chez les personnes ayant déjà souffert de maladies cardiovasculaires. Ou la chloroquine en monothérapie, qui endommage les globules rouges chez les personnes souffrant d’un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase. La carence en glucose-6-phosphate déshydrogénase est le défaut génétique héréditaire le plus courant dans le monde, avec une fréquence pouvant atteindre 20 à 30 % en Afrique. Les pays qui comptent une forte proportion de personnes nées en Afrique sont également particulièrement touchées.


Des priorités erronées et des chiffres trompeurs

Tout est initié par un test délabré, des mesures hâtives et une confiance dans la partie minimale de la nature de la machine évolutive, qui est stockée dans les bases de données génétiques, ce qui n’est justifié par rien.

La science et les hommes politiques qu’elle conseille devront continuer à poursuivre leur crise auto-entretenue. Bien qu’il soit très douteux qu’un virus qui ne provoque aucun ( !) symptôme chez 50 à 70% des personnes infectées soit arrivé en Europe au moment exact où les tests ont commencé, comme certains veulent maintenant nous le faire croire à l’aide des courbes de surmortalité. Et ce, dans une population de patients où 40 % des patients en soins intensifs sont venus directement de la maison de retraite à l’unité de soins intensifs ayant le plus besoin de soins intensifs. Voir Matthias Thöns, “Very wrong priorities set and all ethical principles violated”, Deutschlandfunk, 11.4.2020,


“Et nous devons nous rappeler que les patients gravement malades du COVID-19, comme on appelle la maladie, sont pour la plupart des personnes très âgées, dont beaucoup sont malades, 40 % d’entre elles provenant de maisons de retraite nécessitant les soins les plus intensifs, et en Italie, sur 2 003 décès, seuls trois patients n’avaient pas d’affections préexistantes graves. Il s’agit donc d’un groupe qui a généralement et jusqu’à présent toujours reçu plus de soins palliatifs que de soins intensifs, et maintenant une nouvelle maladie est diagnostiquée et tous ces patients deviennent des patients de soins intensifs.

Fausses alertes – une maladie sociale auto-immune

Dans le climat médiatique actuel et sous une pression politique immense pour justifier les mesures draconiennes et leurs conséquences, même rétrospectivement, il est très douteux qu’il y ait une discussion scientifique indépendante sur l’hypothèse de zoonose d’une évaluation prudente des risques. Pour quelles demandes de recherche des fonds seront-ils accordés ?

L’évolution se poursuit depuis des millions d’années et, depuis 20 ans, les virologistes imaginent tous les 3 à 5 ans de nouveaux virus mortels pour menacer l’homme ?  MERS, SRAS(1), SRAS(2), grippe porcine, grippe aviaire ? C’est devenu vraiment stupide.

Traduction SLT

Contact : samlatouch@protonmail.com

Les articles du blog subissent encore les fourches caudines de la censure cachée via leur déréférencement par des moteurs de recherche tels que Yahoo, Qwant, Bing, Duckduckgo. Pour en avoir le coeur net, tapez le titre de cet article dans ces moteurs de recherche (plus de 24h après sa publication), vous remarquerez qu’il n’est pas référencé si ce n’est par d’autres sites qui ont rediffusé notre article. 
– Contrairement à Google, Yahoo & Co boycottent et censurent les articles de SLT en les déréférençant complètement ! 
 Les articles de SLT toujours déréférencés sur Yahoo, Bing, Duckdukgo, Qwant.
– Censure sur SLT : Les moteurs de recherche Yahoo, Bing et Duckduckgo déréférencent la quasi-totalité des articles du blog SLT !Article précédentArticle suivant

Partager cet article

https://www.facebook.com/v2.0/plugins/share_button.php?app_id=&channel=https%3A%2F%2Fstaticxx.facebook.com%2Fconnect%2Fxd_arbiter.php%3Fversion%3D46%23cb%3Df3ca63b88483c94%26domain%3Dle-blog-sam-la-touch.over-blog.com%26origin%3Dhttp%253A%252F%252Fle-blog-sam-la-touch.over-blog.com%252Ff53983442dd2ba%26relation%3Dparent.parent&container_width=0&href=http%3A%2F%2Fle-blog-sam-la-touch.over-blog.com%2Fla-guerre-contre-un-joker-aux-multiples-visages&layout=button_count&locale=fr_FR&sdk=joey https://platform.twitter.com/widgets/tweet_button.c63890edc4243ee77048d507b181eeec.en.html#dnt=false&hashtags=Mutations%2CCoronavirus%2CVaccins%2CArticles%20de%20Sam%20La%20Touch&id=twitter-widget-0&lang=en&original_referer=http%3A%2F%2Fle-blog-sam-la-touch.over-blog.com%2Fla-guerre-contre-un-joker-aux-multiples-visages&size=m&text=La%20guerre%20contre%20un%20joker%20aux%20multiples%20visages%20(Wodarg.com)&time=1588929409569&type=share&url=http%3A%2F%2Fle-blog-sam-la-touch.over-blog.com%2Fla-guerre-contre-un-joker-aux-multiples-visages 0GuardarRepost0

S’inscrire à la newsletter

Vous aimerez aussi :

[VIdéo] Tanzanie, Coronavirus : le Président Jonh Magufuli dénonce des « statistiques trafiquées et revues à la hausse » (Afrik.com)(COVID-19) France : des premiers cas de contamination identifiés le 16 novembre (Xinhuanet)[Vidéo] Jacques Attali vers le tout numérique ? « L’ensemble du monde doit comprendre qu’on ne retournera pas à la situation antérieure » (BFM TV)Covid-19 : des athlètes français contaminés à Wuhan en octobre ? (Le Parisien)https://tpc.googlesyndication.com/safeframe/1-0-37/html/container.html

Haut de page

Theme: Autofocus © 2013 – Hébergé par Overblog

xNous respectons votre vie privéeNous (la société Webedia) et nos partenaires utilisons des technologies telles que les cookies sur notre site pour personnaliser le contenu et les annonces publicitaires, vous fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic sur le site et sur Internet. En cliquant sur le bouton « Ok » ou en poursuivant votre navigation via une action de défilement, vous acceptez le traitement de vos données personnelles (ex: adresse ip) pour servir ces différentes finalités.
Vous pouvez à tout moment modifier vos choix de consentement en vous rendant sur notre charte cookies.OK j’ai comprisGérer mes choixPolitique de confidentialité |Nos partenaires

COVID 19 : un asunto para los detectives médicos

Overblog

 Connexion+ Créer mon blog

Le-Blog-Sam-La-Touch.over-blog.com

Le-Blog-Sam-La-Touch.over-blog.com

Blog contre le racisme, le (néo)colonialisme et l’impérialisme

Covid-19 – une affaire pour les détectives médicaux. Chloroquine: un risque mortel pour les populations originaires du Sud (Wodarg.com)(OJO: Se adjunta video subtitulado en español)

par Wolfgang Wodarg 2 Mai 2020, 19:00 Chloroquine Coronavirus Décès G6PD Favisme AfriqueMéditerranée Articles de Sam La Touch

Covid-19 – une affaire pour les détectives médicaux
Article originel : Covid-19 – ein Fall für Medical Detectives
Par Dr Wolfgang Wodarg*
Wodarg.com 

Note de SLT : le titrage est de SLT d’après le contenu rapporté dans l’article.PUBLICIDAD

Les décès massifs, d’une fréquence disproportionnée, de patients atteints de Covid-19 à la peau foncée et originaires de pays du Sud, ainsi que de New York, Londres, Stockholm, Madrid, Paris et d’autres villes et pays comptant une forte proportion de migrants, sont apparemment aussi le résultat d’erreurs de médication. Les personnes touchées sont des personnes souffrant d’un déficit enzymatique particulier, qui se produit principalement chez les hommes dont les familles viennent de régions où le paludisme était ou est endémique. Ils sont actuellement traités avec de l’hydroxychloroquine, un médicament qui est incompatible pour eux et qui est maintenant utilisé dans le monde entier pour lutter contre le Covid-19. Si cela ne s’arrête pas rapidement, il y a un risque de mortalité massive, surtout en Afrique.

Avant de décrire mes recherches sur ces résultats, qui me dérangent beaucoup, j’aimerais dire quelques mots sur l’évaluation de la crise du coronavirus, la fiabilité du test PCR SARS-CoV-2, ainsi que la peur omniprésente et la manière dont elle est utilisée politiquement.

Dans mes enquêtes sur les événements qui ont suivi Wuhan, ceux-ci ont complètement changé le monde depuis le début de l’année 2020, j’ai rapidement acquis la certitude que, bien que nous connaissions une nouvelle variante du coronavirus, au vu des données allemandes sur la mortalité et la morbidité, elle ne diffère pas de manière significative de ce qui a été ou aurait pu être observé ces dernières années.

Les coronavirus n’ont pas fait l’objet d’une surveillance épidémiologique à l’échelle mondiale, car ils n’ont pas contribué de manière significative aux infections virales respiratoires saisonnières, sauf à court terme en Chine (SRAS 2002/2003) et dans les pays arabes (MERS à partir de 2012). Il n’existait pas non plus de vaccins contre ces maladies à coronavirus qui peuvent être recombinés chaque année, comme c’est le cas pour la grippe.

Comme on le sait, les épisodes normaux de maladie à l’échelle mondiale sont qualifiés de “pandémies” depuis la grippe porcine de 2009, de manière inflationniste et en se concentrant chaque fois sur des agents pathogènes individuels. Dans ce contexte, la vigilance et la méfiance historiquement justifiée sont depuis longtemps de mise. Car si nos invités normaux, changeants et circulant dans le monde entier, comme les virus H1N1 en 2009, répondent déjà aux critères d’une pandémie, alors le terme est devenu dénué de sens. Avant 2009, les choses étaient différentes ; à cette époque, les caractéristiques nécessaires d’une pandémie comprenaient un grand nombre de maladies graves et de nombreux décès, avec une surcharge catastrophique des soins de santé dans le monde entier.

Les aspects purement épidémiologiques de l’infection du phénomène de Wuhan sont pour moi très clairs. Selon les chiffres disponibles des réseaux allemands de surveillance des maladies respiratoires aiguës (ARE), de l’Arbeitsgemeinschaft Influenza et du Influenza Web, et selon les données hospitalières de l’ARE, ainsi que les données sur l’utilisation des unités de soins intensifs dans le pays, la vague de grippe 2019/2020 avec son spectre diversifié de pathogènes est passée sans aucune particularité. Seules les consultations ont apparemment eu lieu beaucoup moins fréquemment dans les dernières semaines de la saison en raison du confinement.

En ce qui concerne les maladies respiratoires saisonnières aiguës, il n’y a actuellement aucune raison de craindre une augmentation des infections respiratoires aiguës. D’un point de vue médical, et compte tenu des données disponibles, des précautions particulières sont désormais superflues – même si le gouvernement dit le contraire.

 Le test PCR du SRAS-CoV-2 : non spécifique, médicalement inutile, mais effrayant

En raison de la grande importance de l’événement Covid-19, une attention particulière doit être accordée au test PCR SRAS-CoV-2 – le seul instrument disponible pour mesurer le virus et pour pouvoir parler d’une nouvelle propagation. Mon évaluation n’a pas changé depuis la fin du mois de février : Sans le test PCR pour les virus du SRAS-CoV-2 conçu par les scientifiques allemands, nous n’aurions pas remarqué une “épidémie” de coronavirus, ni même une “pandémie”.

Après que l’OMS l’ait recommandé (“pas pour la détection de la maladie”), le test a été utilisé pour voyager dans le pays et essayer de trouver des fragments de virus du SRAS. Un bureau en Chine, que l’un des développeurs du test PCR, le professeur Drosten, n’a pas voulu mentionner nommément dans une interview sur la radio Deutschlandfunk, a confirmé au virologiste que l’approche du test qu’il avait utilisée avait trouvé le fragment du SRAS qu’il recherchait dans le virus du SRAS de Wuhan.


Mon évaluation de ce test, qui n’est ni officiel ni approuvé à des fins médicales, et qui est maintenant utilisé dans le monde entier pour rechercher des “cas”, est la suivante

Comment un test positif pour les nombreux virus différents du SRAS chez les chauves-souris, les chiens, les tigres, les lions, les chats domestiques et les humains, qui ont évolué et se sont répandus dans le monde entier depuis de nombreuses années, peut-il être spécifiquement nommé pour la détection d’un CoV-2 du SRAS qui n’aurait que quatre mois ?

Il s’agit apparemment d’un test sensible qui produit trop de résultats positifs, ce qui signifie qu’il peut également détecter de nombreux agents pathogènes de type SRAS qui sont maintenant naturellement recombinés. Cela ne signifie pas que les virus de Wuhan étaient également présents.

Cependant, le test mesure apparemment aussi des variantes antérieures du SRAS qui changent constamment, peuvent changer rapidement d’hôte et ne se trouvent pas dans les bases de données des virologistes. Cependant, ces derniers étaient et ne sont évidemment pas considérés comme très dangereux.

Alors comment savoir si l’écart entre les nombreuses infections inoffensives et les quelques cas plus graves n’est pas dû au fait que les différentes variantes se retrouvent aussi bien avec le test utilisé ? D’autant plus qu’il s’avère même positif pour les variantes animales !

Cependant, un test positif un peu significatif fait de toute façon peur et déclenche immédiatement et de manière prévisible un comportement approprié de la part des personnes concernées et des responsables. Les tests complets, le vidage des cliniques pour le déluge annoncé de victimes du Covid-19 et les exercices de triage ont provoqué la panique et ont ainsi permis à une population fortement intimidée d’obéir.

La peur ne peut-elle pas disparaître ?

Lorsqu’il est devenu de plus en plus évident, avant même le début des mesures de confinement, que l’Allemagne serait probablement largement épargnée, deux nouvelles images d’horreur ont dominé les reportages dans notre pays également et ont fait en sorte que la peur et l’obéissance perdurent : des cercueils et un chaos mortel dans de nombreux hôpitaux italiens et espagnols, des conteneurs réfrigérés remplis de cadavres et des fosses communes à New York. La conclusion était qu’il doit s’agir d’une épidémie dangereuse après tout.

Mais il est peu probable qu’un seul et même virus soit tellement plus inoffensif à Hambourg qu’à New York. Il doit y avoir d’autres raisons à cela.

C’est pourquoi j’ai concentré mes recherches sur ces nouveaux points forts de l’événement. Peut-être alors, je l’espère, serait-il plus facile de comprendre pourquoi de nombreux gouvernements continuent à parler de la menace d’une “deuxième vague” et de la nécessité d’un nouveau confinement.

On fait actuellement valoir que les mesures doivent être maintenues plus ou moins jusqu’à ce que toute la population puisse être sauvée par la vaccination. Un an et demi de “nouvelle normalité” sans vacances, festivals, événements culturels et sportifs sont exigés et des vaccinations obligatoires, des tests obligatoires, des applications de suivi et d’immunité sont promis.

Mais pourquoi ? Qu’est-ce qui rend le gouvernement si sûr qu’il considère nécessaire d’abroger des parties essentielles de la Loi fondamentale, de pousser la classe moyenne à la faillite et de faire tomber les ouvriers et les employés dans le chômage ? Qu’est-ce qui nous menace encore ?

Détectives médicaux : un regard derrière les apparences

Nous devons donc découvrir ce qui s’est passé, par exemple, dans le nord de l’Italie, en Espagne ou à New York. Pour comprendre cela, il faut plus de recherche que ce qui est enseigné dans l’épidémiologie normale. À Baltimore, à l’université Johns Hopkins, aujourd’hui malheureusement corrompue sur le plan institutionnel, je suivais une formation épidémiologique intensive, qui m’a apporté de nombreuses connaissances méthodologiques. Il y avait aussi une branche appelée “Détectives médicaux”.

L’histoire et de nombreux cas bien documentés pourraient nous apprendre comment les conséquences sur la santé peuvent également découler d’une intoxication alimentaire ou d’un empoisonnement d’un puits, par exemple, et quelles sont les astuces qui rendent difficile la distinction entre les causes naturelles et les causes humaines, voire criminelles. Les détectives médicaux – tout le monde le sait grâce aux romans policiers – découvrent des auteurs et des victimes, des motifs et des armes du crime, des alibis et des clients.

Une maladie – même déclarée par l’OMS – peut être “fake”. Dans le cas de la grippe aviaire et de la grippe porcine, j’ai pu expérimenter et enquêter sur les machinations peu scrupuleuses et corrompues d’une industrie pharmaceutique et de vaccins. À maintes reprises, des craintes pour la santé ont été créées pour détourner des milliards de fonds publics vers des poches privées avec des produits dangereux.

C’est pourquoi nous devrions également nous interroger sur le Covid-19 : Y a-t-il autre chose derrière l’anxiété persistante du public ? Qui bono ? Qui profite de la peur ?

 Les virologistes, une fois de plus des faiseurs de peur

Outre l’OMS, les faiseurs de peur sont à nouveau des virologistes que j’ai connu déjà par le passé. La plupart d’entre eux – et c’est malheureusement déjà la “nouvelle normalité” partout dans les instituts médicaux aujourd’hui – ont établi une coopération étroite avec l’industrie pharmaceutique ou d’autres investisseurs.

Aujourd’hui, il est plus facile de devenir professeur si vous avez fait preuve d’habileté dans l’obtention de fonds de tiers. La science s’est habituée à “tricher”, et les universités facilitent la tâche en proposant des essaimages non transparents, des partenariats public-privé ou une coopération avec de prétendues fondations caritatives.

Le service de virologie de l’hôpital de la Charité à Berlin est soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates, par exemple, dans le cas du Covid-19. Un des co-auteurs du test PCR de Drosten et al. est le PDG de la société de biotechnologie TIB Molbiol, qui produit et commercialise de plus en plus de tests à un coût de plusieurs millions. Cependant, il s’agit là de découvertes de détectives qui n’expliquent pas, et de loin, ce qui bouleverse le monde.

La majorité des experts ne peuvent déjà plus nier que le danger d’infection en Allemagne et dans les pays voisins est passé sans se mettre dans l’embarras pour le reste de leur carrière. Et pourtant, il y a encore des gens dans les gouvernements, les bureaux publics et la communauté scientifique qui veulent nous enfermer dans la peur et continuer dans leur voie.

Mon agacement face à cette panique incompréhensible sur le plan médical et à de nombreuses autorisations et mesures disciplinaires de restriction de liberté qui n’ont aucun sens du point de vue de l’hygiène et de l’épidémie s’accompagne également de la curiosité d’un “détective médical” qui s’inquiète d’éventuels motifs cachés. Néanmoins, je ne veux pas aborder ici le contexte politique ou économique. Le temps viendra probablement pour cela et ce n’est pas mon domaine de compétence.

Une “deuxième vague” est-elle prévue ?

La question que je me pose est la suivante : comment a-t-il été possible de créer de tels scénarios d’horreur avec un agent pathogène apparemment relativement inoffensif, avec lequel les critiques pouvaient être éliminées sans effort et avec lequel la peur dans la population était constamment alimentée par les médias ?

J’aimerais également savoir sur quelles conclusions scientifiques se basent la chancelière, son ministre de la santé, son virologiste de cour et d’autres pour continuer d’annoncer : La deuxième vague est encore à venir. Il faudra encore de nombreux mois. Nous ne devons pas partir en vacances. Nous devons être prêts à travailler chez nous à l’avenir. Nous devons tous être testés, suivis et vaccinés avec une médication qui n’a pas encore été testée. Bien que tout cela figure déjà dans le scénario intitulé “La première pandémie moderne”, que Bill Gates a publié le 23 avril, Cela n’est pas non plus prouvé sur un plan médical.

Un tuyau de New York

Le 31 mars, j’ai reçu un tuyau important : le Dr Cameron Kyle-Sidell, médecin aux soins intensifs de New York, avait alerté ses collègues par une observation étonnante. Il a fait un rapport :

    “Ce dont j’ai été témoin n’était pas des patients atteints du Covid-19. Ils ne présentaient pas les signes d’une pneumonie, mais ressemblaient à des passagers d’un avion qui aurait soudainement perdu de la pression à haute altitude”.

Il devait s’agir d’une perturbation du transport de l’oxygène dans le sang. J’ai recherché et coché les différentes causes connues de ces symptômes les unes après les autres, si elles étaient hors de question en raison de la progression de la maladie. La cause la plus probable me semblait être une hémolyse rapide, une destruction des érythrocytes (globules rouges) qui échangent l’oxygène des poumons contre du Co2 qui peut être respiré afin de transporter l’oxygène dans tous les coins de notre corps. Les patients se sentent alors étouffés, respirent très vite et font de l’exercice.

Nous savons ce qu’il faut faire dans un tel cas car on nous le démontre avant chaque décollage en avion : Des masques à oxygène tombent du plafond et apportent un soulagement jusqu’à ce que tout revienne à la normale. C’est exactement ce qui a le mieux aidé les patients de New York. L’intubation et la ventilation, en revanche, ont été mal faites et ont tué des gens dans de nombreux endroits.

Le Nigérian mort en Suède

J’ai eu connaissance d’un cas présentant les mêmes symptômes déroutants, qui avait été décrit en 2014 par des pneumologues suédois chez un jeune patient du Nigeria qui était mort de la maladie. À l’époque, on soupçonnait une carence enzymatique et on a découvert qu’elle était en fait une cause possible après la mort, qui survient dans de nombreuses régions d’Afrique chez 20 à 30 % de la population.

Il s’agit du déficit en glucose-6-déshydrogénase, ou “déficit G6PD”, l’une des particularités génétiques les plus courantes, qui peut entraîner une hémolyse (dissolution des globules rouges) menaçante, principalement chez les hommes, si certains médicaments ou produits chimiques sont pris. La carte suivante montre la répartition de cette carence (source et explications ici).

  Ce caractère héréditaire est particulièrement fréquent parmi les groupes ethniques vivant dans des régions où sévit la malaria. Le gène G6PD modifié offre des avantages dans les tropiques. Il rend ses porteurs résistants aux agents pathogènes du paludisme. Toutefois, le déficit en G6PD est également dangereux si les personnes concernées entrent en contact avec certaines substances présentes, par exemple, dans les fèves, les groseilles, les pois et un certain nombre de médicaments.

Il s’agit notamment de l’acide acétylsalicylique, du métamizole, des sulfamides, de la vitamine K, du naphtalène, de l’aniline, des médicaments contre la malaria et des nitrofuranes. Le déficit en G6PD entraîne alors une perturbation des processus biochimiques dans les globules rouges et – selon la dose – une hémolyse légère à mortelle. Les débris des érythrocytes éclatés conduisent ensuite à des microembolies, qui bloquent les petits vaisseaux dans les organes. Ce qui avait causé la maladie et la mort du jeune homme originaire du Nigeria restait à l’époque peu clair.

 Une découverte effrayante

J’ai regardé les médicaments qui peuvent provoquer une hémolyse sévère dans le cas d’un déficit en G6PD et j’ai eu une grosse frayeur. L’une des substances dites très dangereuses dans toutes les formes de cette carence enzymatique est le médicament antipaludéen hydroxychloroquine (HCQ).

Mais c’est précisément cette substance qui est recommandée contre le SRAS par les chercheurs chinois à Wuhan depuis 2003. De Wuhan, la HCQ nous est revenue avec le virus comme une des options thérapeutiques et a été acceptée comme telle. En même temps, le HCQ a été recommandé comme agent prometteur contre le Covid-19 pour de nouveaux essais cliniques avec le soutien de l’OMS et d’autres agences.


Selon les rapports, la production de ce médicament doit être augmentée au Cameroun, au Nigeria et dans d’autres pays africains. L’Inde est le plus grand producteur de HCQ et l’exporte vers 55 pays. Werner Baumann, président du conseil d’administration de Bayer AG, a annoncé début avril que “diverses investigations dans des laboratoires et des cliniques” avaient fourni les premières indications que la chloroquine pourrait être adaptée au traitement des patients atteints du coronavirus avec symptomes. La société a ensuite fourni plusieurs millions de comprimés.

Il existe aujourd’hui des centaines d’essais dans le monde entier, planifiés ou en cours par différents sponsors, dans lesquels la HCQ est utilisée seule ou avec d’autres médicaments. Lorsque j’ai examiné certains grands essais pour voir si les patients atteints d’un déficit en G6PD pouvaient être exclus, je n’ai trouvé aucune preuve de cela dans la plupart des plans d’étude. Aux États-Unis, par exemple, une vaste étude multicentrique portant sur 4 000 sujets issus du personnel médical en bonne santé est en cours de préparation. Ici, cependant, le terme “hypersensibilité” n’est utilisé qu’en termes généraux, comme c’est le cas pour tous les médicaments en ce qui concerne les réactions allergiques. Une étude sur la chloroquine/hydroxychloroquine réalisée par l’université d’Oxford (NCT04303507) avec un nombre prévu de 40 000 participants ne mentionne pas non plus le risque de déficience en G6PD. Dans une autre grande étude du Pentagone, cependant, il y a un avertissement explicite d’exclure les patients atteints d’un déficit en G6PD de l’étude.

Le graphique suivant, basé sur les informations de la base de données de l’OMS, montre combien d’études sur le Covid-19 et le HCQ ont été lancées – et combien peu d’entre elles prennent en compte le déficit enzymatique.

La plupart du temps, seules les complications cardiaques de la chloroquine ou de l’hydroxychloroquine sont mentionnées, ce qui a conduit au Brésil à la fin d’une étude avec 11 décès de 81 sujets. Il semble toutefois que le monde entier ne prête guère attention à ce nouvel effet secondaire grave. En outre, en raison du manque d’alternatives, la HCQ a été tolérée et largement utilisée dans de nombreux pays depuis le début de l’année dans le cadre d’un “usage compassionnel”. En médecine, l’usage compassionnel fait référence à l’utilisation de médicaments non encore approuvés dans des situations d’urgence.

Des foyers visibles

Au cours de cette recherche, de plus en plus de résultats ont été obtenus sur des évaluations plus précises des décès dans les villes particulièrement touchées. À New York et dans d’autres villes des États-Unis, il a été rapporté que la grande majorité des décès étaient des “Afro-Etatsuniens” – deux fois plus que ce à quoi on pourrait s’attendre compte tenu de la proportion de la population.

Toujours en Angleterre, où les données de mortalité d’Euromomo montrent une augmentation du taux de mortalité depuis le début du mois d’avril, il a été rapporté que 35% des quelque 2000 personnes gravement malades, soit deux fois plus que prévu, étaient issues de “minorités” ethniques (“minorités noires, asiatiques ou autres minorités ethniques”), y compris les médecins et le personnel médical.

La mort d’un important médecin en Italie doit être clarifiée de toute urgence. La mort d’environ 150 médecins et de quelques femmes médecins seulement est associée au Covid-19. Bien que l’âge ait pu jouer un rôle dans nombre de ces cas, il convient de noter qu’une forte prévalence du déficit en G6PD a également été décrite pour certaines régions d’Italie et que jusqu’à 71% des personnes testées positives par PCR, ainsi que le personnel, avaient un niveau élevé de HCQ prophylactique. Il en va de même pour l’Espagne. Parmi les 15 premiers décès de Covid-19 en Suède, 6 concernaient de jeunes migrants de Somalie.

 Une combinaison mortelle

Le résultat effrayant de mes recherches est donc que les cas typiques d’hémolyse, de microthrombose et d’essoufflement sans signes typiques de pneumonie sont plus fréquents lorsque deux facteurs se conjuguent :

  •  De nombreux patients ayant des ancêtres originaires de pays où sévit la malaria et souffrant d’un déficit en G6PD
  • Utilisation prophylactique ou thérapeutique de la HCQ à forte dose


C’est exactement ce à quoi il faut s’attendre en Afrique, et c’est déjà le cas partout où la migration entraîne une grande partie de la population à quitter les pays où sévit la malaria. Le schéma suivant illustre le processus de manière schématique.

Pourquoi les personnes d’origine africaine meurent du Covid-19 ? (Wodarg.com)

 Des villes comme New York, Chicago, la Nouvelle-Orléans, Londres, ou même de grandes villes de Hollande, de Belgique, d’Espagne et de France sont de tels centres. Si le test est largement utilisé dans ces points chauds de la migration et qu’il devrait être positif chez environ 10 à 20 % de la population, de nombreuses personnes des pays avec une forte prévalence du G6PD en feront partie. S’ils sont ensuite traités avec des doses élevées de HCQ, soit à titre prophylactique, soit dans le cadre d’un usage “compassionnel”, comme prévu, alors ces tableaux cliniques sévères seront également évoqués chez les jeunes, comme nous l’a présenté la presse à sensation, et qui entretiennent notre peur du Covid-19.

On ne sait pas combien de fois cette combinaison mortelle a déjà fait des victimes. Les responsables de l’OMS et des gouvernements n’ont pas discuté de la question. Il existe également un manque effrayant de connaissances et de responsabilité chez les médecins qui sont responsables du traitement des patients atteints de Covid-19 ou chez le personnel qui les traite.

Une fois de plus, ce lien s’applique non seulement à l’Afrique, mais aussi à une grande partie de l’Asie, de l’Amérique du Sud et de l’Amérique centrale, de l’Arabie et de la Méditerranée.

Les cas mentionnés n’ont rien à voir avec la maladie Covid-19. Un résultat de test PCR conduisant à la prescription prophylactique de HCQ est suffisant pour provoquer une maladie grave chez un tiers des personnes issues des populations à haut risque traitées de cette manière.

Le traitement par HCQ de patient présentant un déficit en G6PD est une erreur professionnelle dangereuse

Il serait possible d’y remédier immédiatement si tous les médecins traitants du monde entier étaient informés de la contre-indication de l’HCQ. Cependant, l’OMS, le CDC, l’ECDC, les spécialistes chinois du SRAS, les associations médicales, les autorités antidrogues et le gouvernement allemand et ses conseillers négligent pénalement d’informer le public. Au vu des programmes en cours, il semble qu’il s’agisse d’une négligence grave.

C’est une faute professionnelle que de traiter les personnes atteintes d’un déficit en G6PD avec des dérivés de chloroquine à forte dose ou d’autres médicaments connus pour être dangereux pour elles. Sous le label de l’OMS “Essai clinique “Solidarité” pour les traitements COVID-19″, des personnes en bonne santé sont exposées à la hâte à des expériences approuvées qui mettent leur vie en danger. Des centaines d’essais cliniques, pour la plupart des études d’observation sans valeur avec des approches parallèles, se déroulent aussi très souvent avec l’HCQ comme une des alternatives.

La législation allemande sur les drogues interdit l’utilisation de drogues non approuvées, mais le gouvernement continue d’encourager cette pratique. Un test non validé qui n’est pas approuvé à des fins de diagnostic fournit le prétexte pour l’utilisation de médicaments mettant la vie en danger – et tout cela dans le cas d’une maladie infectieuse pour laquelle il n’existe toujours pas de preuve qu’elle présente des risques sérieux au-delà du risque d’épidémie annuelle de grippe.

A tombeau ouvert vers la catastrophe

Les dangers de cette épidémie sont présentés à l’aide d’impostures scientifiques. Un test inadapté effectué à Berlin sert de prétexte à des mesures meurtrières dans le monde entier. Les conséquences de ces erreurs conduisent à des situations d’urgence dans de nombreuses régions, qui sont attribuées à une épidémie. Cela crée la vague de peur sur laquelle tant de personnes dans le monde des affaires et de la politique sont désormais portées, et qui menace d’enterrer nos droits fondamentaux sous elle.

Le public, les médias et les experts ne semblent guère surpris qu’à New York et dans d’autres centres, plus de deux fois plus d'”Afro-Etatsuniens” meurent que ce à quoi on pourrait s’attendre en raison de leur part dans la population. Même dans les études sur les décès aux États-Unis et ailleurs, les risques posés par le déficit en G6PD sont presque toujours cachés ou oubliés.

Lorsque des virologistes et autres experts recherchés annoncent depuis longtemps qu’il y aura une vague de décès en Afrique et des conditions terribles dans les villes, connaissent-ils ces liens ? Ou y a-t-il d’autres raisons prouvables qui justifient des prophéties aussi importantes ? Enfin, tous ces sujets sont-ils réservés à la science ou aux procureurs et aux tribunaux ?

Cet article paraît simultanément dans plusieurs magazines. Vous trouverez de plus amples informations et des graphiques sur le site web de l’auteur.

*Wolfgang Wodarg, né en 1947, est médecin interne et pneumologue, spécialiste de l’hygiène et de la médecine environnementale, ainsi que de la santé publique et de la médecine sociale. Après son activité clinique en tant que médecin interne, il a été, entre autres, responsable de la santé publique dans le Schleswig-Holstein pendant 13 ans, tout en étant chargé de cours dans des universités et des écoles supérieures et président du comité d’experts pour la protection de l’environnement liée à la santé de l’Association médicale du Schleswig-Holstein ; en 1991, il a reçu une bourse du DAAD pour l’université Johns Hopkins de Baltimore, aux États-Unis (épidémiologie).

En tant que membre du Bundestag allemand de 1994 à 2009, il a été initiateur et orateur de la commission d’enquête “Éthique et droit de la médecine moderne”, membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, où il a été président de la sous-commission de la santé et vice-président de la commission de la culture, de l’éducation et des sciences. En 2009, il a initié la commission d’enquête sur le rôle de l’OMS dans la grippe H1N1 (grippe porcine) à Strasbourg, où il est resté en tant qu’expert scientifique après avoir quitté le Parlement. Depuis 2011, il travaille en tant que professeur d’université, médecin et scientifique de la santé indépendant. Il a été membre bénévole du conseil d’administration et chef du groupe de travail sur la santé de Transparency International Allemagne jusqu’en 2020.

Traduction SLT

Contact : samlatouch@protonmail.com

Les articles du blog subissent encore les fourches caudines de la censure cachée via leur déréférencement par des moteurs de recherche tels que Yahoo, Qwant, Bing, Duckduckgo. Pour en avoir le coeur net, tapez le titre de cet article dans ces moteurs de recherche, vous remarquerez qu’il n’est pas référencé si ce n’est par d’autres sites qui ont rediffusé notre article. 
– Contrairement à Google, Yahoo & Co boycottent et censurent les articles de SLT en les déréférençant complètement ! 
 Les articles de SLT toujours déréférencés sur Yahoo, Bing, Duckdukgo, Qwant.
– Censure sur SLT : Les moteurs de recherche Yahoo, Bing et Duckduckgo déréférencent la quasi-totalité des articles du blog SLT !Article précédentArticle suivant

Partager cet article

https://www.facebook.com/v2.0/plugins/share_button.php?app_id=&channel=https%3A%2F%2Fstaticxx.facebook.com%2Fconnect%2Fxd_arbiter.php%3Fversion%3D46%23cb%3Df5fc0901cfc8e8%26domain%3Dle-blog-sam-la-touch.over-blog.com%26origin%3Dhttp%253A%252F%252Fle-blog-sam-la-touch.over-blog.com%252Ff23b25eca84b3ea%26relation%3Dparent.parent&container_width=0&href=http%3A%2F%2Fle-blog-sam-la-touch.over-blog.com%2Fcovid-19-une-affaire-pour-les-detectives-medicaux.chloroquine-un-risque-mortel-pour-les-populations-originaires-du-sud-wodarg.com&layout=button_count&locale=fr_FR&sdk=joey https://platform.twitter.com/widgets/tweet_button.c63890edc4243ee77048d507b181eeec.en.html#dnt=false&hashtags=Chloroquine%2CCoronavirus%2CD%C3%A9c%C3%A8s%2CG6PD%2CFavisme%2CAfrique%2CM%C3%A9diterran%C3%A9e%2CArticles%20de%20Sam%20La%20Touch&id=twitter-widget-0&lang=en&original_referer=http%3A%2F%2Fle-blog-sam-la-touch.over-blog.com%2Fcovid-19-une-affaire-pour-les-detectives-medicaux.chloroquine-un-risque-mortel-pour-les-populations-originaires-du-sud-wodarg.com&size=m&text=Covid-19%20-%20une%20affaire%20pour%20les%20d%C3%A9tectives%20m%C3%A9dicaux.%20Chloroquine%3A%20un%20risque%20mortel%20pour%20les%20populations%20originaires%20du%20Sud%20(Wodarg.com)&time=1588754498657&type=share&url=http%3A%2F%2Fle-blog-sam-la-touch.over-blog.com%2Fcovid-19-une-affaire-pour-les-detectives-medicaux.chloroquine-un-risque-mortel-pour-les-populations-originaires-du-sud-wodarg.com 0GuardarRepost0

S’inscrire à la newsletter

Vous aimerez aussi :

Antiviraux “fictifs”. Après le Lopinavir et la Chloroquine, le Remdesivir ne montre pas d’efficacité clinique sur le Covid-19. Coronavirus: une étude préliminaire peu probante sur l’hydroxychloroquine aux États-Unis (AFP)Covid-19. La chloroquine pourrait tuer de nombreuses personnes en Afrique, à Chicago et ailleurs ! (Wodarg.com)Covid19. Dans une interview à Nexus, le Professeur Perronne critique la gestion sanitaire française et déclare : “en France on est en train de dérailler. J’ai l’impression de vivre dans une dictature administrative.” (Vidéo) 

Haut de page

Theme: Autofocus © 2013 – Hébergé par Overblog

xNous respectons votre vie privéeNous (la société Webedia) et nos partenaires utilisons des technologies telles que les cookies sur notre site pour personnaliser le contenu et les annonces publicitaires, vous fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic sur le site et sur Internet. En cliquant sur le bouton « Ok » ou en poursuivant votre navigation via une action de défilement, vous acceptez le traitement de vos données personnelles (ex: adresse ip) pour servir ces différentes finalités.
Vous pouvez à tout moment modifier vos choix de consentement en vous rendant sur notre charte cookies.OK j’ai comprisGérer mes choixPolitique de confidentialité |Nos partenaires