las batallas ideológicas del islamismo y la yihad en y contra Europa

Tariq Ramadan percevrait 35 000 euros par mois du Qatar

Le théologien Tariq Ramadan, qui dirige un centre d’étude islamique à Doha depuis 2012, percevrait depuis de confortables émoluments mensuels, selon une note de Tracfin consultée par « Libé ».

FUENTE https://www.nouvelobs.com/societe/20190405.OBS11160/tariq-ramadan-percevrait-35-000-euros-par-mois-du-qatar.html Par L’ObsPublié le 05 avril 2019 à 14h59

Tariq Ramadan, le 7 février 2016 à Lille, lors d’une réunion d’associations musulmanes françaises. (MICHEL SPINGLER/AP/SIPA)

« Libération » a eu accès à une note du service de surveillance des circuits financiers clandestins Tracfin, selon laquelle Tariq Ramadan recevrait depuis des années 35 000 euros par mois du Qatar. Le théologien musulman, poursuivi pour deux viols en France et un autre en Suisse, recevrait cette somme en tant que consultant de la Qatar Foundation, « l’une des filières permettant à l’émirat de financer à travers le monde des projets, liés le plus souvent à la mouvance des Frères musulmans », note « Libération ».

Casualidades de la vida

« Très influente et bénéficiant de fonds importants, la Qatar Foundation est présidée par la cheikha Mozah, la mère de l’actuel émir, qui aurait selon d’anciens proches de Ramadan facilité l’installation de l’intellectuel à Doha », ajoute le quotidien.« L’intellectuel a aussi bénéficié de l’appui du Youssef al-Qaradawi, le théologien de référence de la mouvance des Frères musulmans, un proche de la famille Ramadan depuis de très nombreuses années. »

LIRE AUSSI > La justice maintient les deux inculpations de Tariq Ramadan pour viols

D’après Tracfin, Tariq Ramadan a rapatrié en juin 2017 en France l’équivalent de 590 000 euros, de son compte qatari alimenté par les versements mensuels de la Qatar Foundation. Cet argent lui aurait servi à acheter un duplex rue Gabrielle à Montmartre. Il aurait aussi versé d’autres fonds à deux associations, lui permettant en partie de financer ses frais judiciaires.

Ramadan dirigeait depuis 2012 à Doha un centre d’étude de l’éthique islamique. Il y a été remplacé et son contrat avec le Qatar arriverait à échéance dans quelques mois, selon d’ex-proches joints par « Libé ».

Le livre « Qatar Papers, comment l’émirat finance l’islam de France et d’Europe » des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot (qui vient de paraître aux éditions Michel Lafon) mentionnait déjà les versements du Qatar à Tariq Ramadan, indique le quotidien suisse « la Tribune de Genève ».

Contacté par « Libération », Emmanuel Marsigny, l’avocat de Tariq Ramadan, n’a pas souhaité faire de commentaire.