La Ley del silencio de dos mafiosi de la Cossa (Nostra) Pública en España. Año 2019 dC

Noviembre 2019.
(Izquierda de la imagen) Presidente en funciones del PSOE español ( probable próximo Presidente del gobierno de España) , Pedro Sánchez ( el zorro de la Moncloa) y
a la derecha de la imagen Vicepresidente, probable, del próximo gobierno español, del partido PODEMOS, luego Unidos y ahora UNIDAS Podemos, Pablenin (Pablo Iglesias) (El cuervo de Galapagar) Nunca se sabe cuáles son sus más íntimos y profundos secretos políticos, al igual que sucede con la Ley de las mafias sicilianas y otras muchas similares del mundo, LEY DE LA OMERTÁ O LEY DEL SILENCIO.

Comparar la actividad económico y social de control por la violencia y las relaciones entre Mafia(s) y Poder Político, Económico, Sindical, Prensa y Medios, mediante el cine resulta muy interesante y algunas veces colabora al esclarecimiento de los hechos, presentes e históricos, en cuanto éstos influyen d una u otra manera en el presente. Un caso como muestra :

La última película del gran director de cine Martin Scorsese: The Irishman, en español El Irlandés.

Ponemos una breve reseña a continuación, que tiene también un resumen amplio basado en una entrevista que concedió Scorsese a un medio norteamericano. La entrevista nos revela importantes aspectos que interesa analizar, en el sentido que lo tratamos de mirar de modo crítico, material, no idealista.

ARTICULO Y ENTREVISTA( TRADUCIDA AL ESPAÑOL, RESEÑADA Y EDITADA PARA CENTRARSE EN LO FUNDAMENTAL) EN EL ENLACE

http://sinpermiso.info/textos/nos-estan-marginando-los-cines-entrevista-a-martin-scorsese

Cualquier parecido con la realidad no es mera coincidencia. Un vistazo a los tiempos electorales en el cine mexicano (primera parte) | Cultura y vida cotidiana

Cualquier parecido con la realidad no es mera coincidencia. Un vistazo a los tiempos electorales en el cine mexicano (primera parte) | Cultura y vida cotidiana
— Leer en cultura.nexos.com.mx/

ACADEMIA: LA INTELIGENCIA NO PAGADA, PERO …

goya-2
CITA DE NORBERTO BOBBIO : Es un destino del cual no se escapa, apenas se plantea el problema de qué cosa son los intelectuales. Quien se plantea este problema se convierte, por el solo hecho de planteárselo, en un intelectual, es decir en alguien que no hace cosas sino que reflexiona sobre las
cosas, alguien que no maneja objetos sino símbolos y cuyos instrumentos de trabajo no son las máquinas sino las ideas.(Cfr artículo en este enlace: http://www.peu.buap.mx/web/seminario_cultura/Los_intelectuales_y_el_poder.pdf

FUENTE https://dissidentvoice.org/2018/05/de-briefing-academics-unpaid-intelligence-informants/

De-Briefing Academics: Unpaid Intelligence Informants
by James Petras / May 5th, 2018

Over the past half-century, I have been engaged in research, lectured and worked with social movements and leftist governments in Latin America. I interviewed US officials and think tanks in Washington and New York. I have written scores of books, hundreds of professional articles and presented numerous papers at professional meetings.

In the course, of my activity I have discovered that many academics frequently engage in what government officials dub ‘de-briefing’! Academics meet and discuss their field-work, data collection, research finding, observations and personal contacts over lunch at the Embassy with US government officials or in Washington with State Department officials.

US government officials look forward to these ‘debriefings”; the academic provided useful access to information which they otherwise could not obtain from paid, intelligence agents or local collaborators.

Not all academic informants are very well placed or competent investigators. However, many provide useful insights and information especially on leftist movements, parties and leaders who are real or potential anti-imperialist adversaries.

US empire builders whether engaged in political or military activities depend on information especially regarding who to back and who to subvert; who should receive diplomatic support and who to receive financial and to military resources.

De-briefed academics identify ‘moderate’ and ‘radical’ adversaries, as well as personal and political vulnerabilities. Officials frequently exploit health problems or family needs to ‘turn’ leftists into imperial stool pigeons.

US officials are especially interested in academic gate-keepers who exclude ‘anti-imperialist’ critics, activists , politicians and government officials.

At times, US State Department officials claim to be sympathetic ‘progressives’ who oppose ‘Neanderthals’ in their institution, in order to elicit inside information from leftist academic informants.

Debriefing is a widespread practice and involves numerous academics from major universities and research centers, as well as non-governmental ‘activists’ and editors of academic journals and publications.

Academic participates in debriefing frequently do not publicize their reporting to the government. Most likely they share their reports with other academic informers. All claim they are merely sharing research and diffusing information for ‘science’ and to further ‘humane values’.

Academic informers always justify their collaboration as providing a clear and more balanced picture to ‘our’ policymakers, ignoring the predictable destructive outcomes likely to ensue.

Academics in the Service of Empire

Academic informants never study, collect research and publicize reports on US covert, overt and clandestine policies in defense of multi-nationals and Latin American elite which collaborate with empire builders.

US officials have no interest in ‘debriefing’ academics conducting anti-imperialist research.

US officials are keen to know any and all reports on ‘movements from below’: who they are, how much influence they have, their susceptibility to bribes, blackmail and invitations to the State Department, Disneyland, or the Wilson Center in D.C.

US officials fund academic research on militant trade unions, agrarian social movements, feminist and ethnic minorities engaged in class struggle ,and anti-imperialist activists and leaders, as they all serve as targets for imperial repression.

The officials are also keen on academic reports on so-called ‘moderate’ collaborators who can be funded, advised and recruited to defend the empire, undermine the class struggle and split movements.

Academic informants are especially useful in providing personal and political information on Latin American left-wing intellectuals, academics, journalists, writers and critics which allows US officials to isolate, slander and boycott anti-imperialists, as well as those intellectuals who can be recruited and seduced with foundation grants and invitations to the Kennedy Center at Harvard.

When US officials have a difficult time understanding the intricacies and consequences of ideological debates and factional divisions within leftist parties or regimes, ex-leftist academic informers, who collect documents and interviews, provide detailed explanations and provide officials with a political roadmap to exploit and exacerbate divisions and to guide repressive policies, which undermine adversaries engaged in anti-imperialist and class struggle.

The State Department works hand and glove with research centers and foundations in promoting journals which eschew all mention of imperialism and ruling class exploitation; they promote ‘special issues’ on ‘class-less’ identity politics, post-modern theorizing and ethnic-racial conflicts and conciliation.

In a study of the two leading political science and sociological journals over a period of fifty year they published less than .01% on class struggle and US imperialism

Academic informants have never reported on US government links to narco-political rulers.

Academic informants do not research widespread long term Israeli collaboration with death squads in Colombia, Guatemala, Argentina and El Salvador, in cases because of their loyalties to Tel Aviv and in most cases because the State Department is not interested in debriefings which expose their allies and their joint complicity.

Academic Informants: What do they want and what do they get?

Academic informers engage in debriefing for various reasons. A few do so simply because they share the politics and ideology of the empire builders and feel it is their ‘duty’ to serve.

The great majority are established academics with ties to research centers who inform because it fattens their CV — which helps secure grants, prestigious appointments and awards.

Progressive academics who collaborates have a Janus face approach; they speak at Leftist public conferences, especially to students and in private they report to the State Department.

Many academics believe they can influence and change government policy. They seek to impress self-identified ‘progressive’ officials with their inside knowledge on how to ‘turn’ Latin critics into moderate collaborators. They invent innocuous academic categories and concepts to attract graduate students to further collaboration with imperial colleagues.

The Consequence of Academic Debriefing

Former leftist academic informers are frequently cited by the mass media as a reliable and knowledgeable ‘expert’ in order to slander anti-imperialist governments, academics, and critics.

Ex-leftist academics pressure rising scholars with a critical perspective to adopt ‘moderate’ reasonable critiques, to denounce and avoid anti-imperialist ‘extremists’ and to disparage them as ‘polemical ideologues’!

Academic informants in Chile helped the US Embassy identify neighborhood militants who were handed over to the secret police (DINA) during the Pinochet dictatorship.

US academic informants in Peru and Brazil provided the Embassy with research projects which identified nationalist military officials and leftist students who were subsequently purged, arrested and tortured.

In Colombia, US academic informers were active in providing reports on rural insurgent movements which led to massive repression. Academic collaborators provided detailed reports to the embassy in Venezuela on the grass roots movements and political divisions among Chavista government and military officials with command of troops.

The State Department financed academics working with NGO who identified and recruited middle class youth as street fighters, drug gangsters and the destitute to engage in violent struggles to overthrow the elected government by paralyzing the economy.

Academic reports on regime ‘violence’ and ‘authoritarianism’ served as propaganda fodder for the State Department to impose economic sanctions, impoverishing people, to foment a coup.US academic collaborators enlisted their Latin colleagues to sign petitions urging right-wing regimes in the region to boycott Venezuela.

When academic informers are confronted with the destructive consequences of imperial advances they argue that it was not their ‘intention’; that it was not their State Department contacts who carried out the regressive policies.The more cynical claim that the government was going to do their dirty work regardless of the debriefing.

Conclusion

What is clear in virtually all know experiences is that academic informers’ ‘de-briefings strengthened the empire-builders and complemented the deadly work of the paid professional operatives of the CIA, DEA, and the National Security Agency.

Estados Unidos De Norteamérica, China y Rusia, desde la visita de Trump a Pekín en noviembre de 2017

La presidenta del Instituto Schiller,Helga Zepp-LaRouche, expone en este vídeo un modo de ver lo que fue es visita del presidente Donald Trump , de los EEUU a China y su relación con el presidente del nuevo Imperio Chino en curso

Visita del presidente de EEUU , Donald Trump, a China.

Cómo nos manipulan las élites 

Un texto imprescindible por su interés y utilidad tanto para el análisis como para la crítica 

Cómo nos manipulan las élites  
http://blogdelviejotopo.blogspot.com.es/2015/09/por-que-callan-los-corderos-como.html?m=1

hurgando en las entrañas de la bestia neoliberal

Cómo operan las estructuras del neoliberalismo

img_4916

Más allá de Mc Luhan ( artículo en francés )


El autor presenta una lectura personal de la contribución de dos pioneros canadienses, Marshall McLuhan y Harold A. Innis, a los estudios comunicacionales. El primero ha sido considerado por muchos como el gurú de las tecnologías de la información y de la comunicación, mientras que el segundo continúa siendo ignorado por la mayoría de los investigadores. Al contrario de las interpretaciones usuales que subrayan sus afinidades, este artículo destaca sus diferencias. Rechazando de plano su determinismo tecnológico, se propone una síntesis comprehensiva, a la vez que crítica, de sus marcos de análisis y de sus aproximaciones metodológicas, tratando de evaluar la influencia de estas y aquellos en su pensamiento. A la vez se identifican sus contribuciones a los avances y derivas en la evolución de la investigación en comunicación. El punto de vista del autor se condensa en el título : resulta necesario remontar de McLuhan a Innis, y pasar de un planteamiento basado en la metáfora de la aldea global a otro basado en la expansión del imperio.
FUENTE
http://ticetsociete.revues.org/222

CONCLUSION

J’ai seulement rappelé, à grands traits, la pensée et l’approche des deux pionniers de la recherche en communication au Canada. J’ai soulevé quelques questions pour relativiser certaines de leurs conclusions et poursuivre la réflexion. Mais, pour comprendre l’œuvre d’Innis et celle de McLuhan, il resterait encore à les resituer dans le contexte socio-économique de leur élaboration, dans cette période de l’après Deuxième Guerre mondiale, si fertile en changements majeurs dans tous les domaines que je n’essaierai même pas de les évoquer succinctement. Je mentionnerai seulement l’avènement, dans les années 50, de la télévision, devenue le plus populaire et le plus puissant des médias de communication; et la création de l’UNESCO, à titre d’indice de la reconnaissance nouvelle, à l’échelle planétaire, du rôle de la culture, de l’éducation et de la communication dans la vie des sociétés et le développement des peuples.

Il faudrait aussi, pour apprécier la contribution intellectuelle d’Innis et celle de McLuhan, mettre leurs travaux en perspective avec ceux d’autres auteurs de la même époque en d’autres coins du monde. Au moment où les deux auteurs canadiens mettaient la technique au centre de leur étude des communications, la plupart des chercheurs américains poursuivaient leurs recherches empiriques sur les effets des messages. D’autres appliquaient les thèses évolutionnistes et diffusionnistes aux communications pour le développement. Adorno et Horkheimer critiquaient l’industrie culturelle tandis que Shannon et Weaver mettaient au point la théorie mathématique de l’information et que Wiener jetait les bases de la cybernétique. Les Européens de l’Ouest, en particulier les Français, influencés par le structuralisme en linguistique et en anthropologie, travaillaient sur le sens et faisaient de la sémiologie LA science des communications. Au Royaume-Uni, les travaux de Hoggart, de Williams et de Thompson sur la culture populaire et la formation des adultes, inspirés au départ par les approches de la philosophie marxienne, devaient conduire à la création du puissant courant, devenu protéiforme, des Cultural Studies.

Il faudrait enfin, pour bien saisir l’impact des œuvres d’Innis et de McLuhan, se demander pourquoi des théories au fondement empirique fragile, si peu orientées vers l’action, si peu traduisibles en démarches concrètes, ont-elles connu un si grand succès auprès des gestionnaires publics et privés. Pourquoi le déterminisme technologique fait-il tant recette auprès des décideurs, des technocrates et des administrateurs en tout genre ?

Mc Luhan sobre el impacto de los mass media o medios de comunicación de masas

Marshall Mc Luhan es el más importante estudioso de la manera en que nos influyen los medios de comunicación
Hay un video en que es expuesto lo más fundamental de sus tesis.
Aun cuando el modus operando de estos medios ha cambiado , más bien debido a causas de tipo tecnológico que a razones de tipo social o político, hay que estudiar y continuar estudiando los temas ,problemas, tesis o hipótesis que Mc Luhan había propuesto o encontrado y que siguen sin resolverse o se han ido haciendo más complejas
http://www.youtube.com/watch?v=w3cqoQM0ats

Medios de comunicación según las tesis de Mc Luhan

Sin alguna duda Marshal Mc Luhan es el  más célebre investigador sobre el papel de los grandes medios de comunicación en el siglo XX. La cadena de radio Canadá aporta una serie de grabaciones tanto en formato video (4) como radio (7), y aunque estén en francés, las vamos a enlazar a continuación. Sugiero este breve artículo , en español http://www.nodulo.org/ec/2005/n038p16.htm

 

McLuhan, prophète des temps modernes

Le sociologue canadien Herbert Marshall McLuhan a étudié les techniques modernes de diffusion et leur incidence sur la société. Figure médiatique des années 1960 et 1970, il acquiert une renommée internationale pour ses travaux sur la communication de masse. Son analyse des médias, révolutionnaire pour l’époque, fait de lui l’un des grands penseurs du XXe siècle.

Le médium, c’est le message

Date de diffusion : 30 décembre 1967

Dans ses travaux, McLuhan étudie le rapport qui s’établit entre le contenu et le canal qui l’achemine. Le résultat de ses recherches, sur lesquelles il fonde l’essentiel de sa théorie, repose sur cette phrase : «  the medium is the message ». Qu’est-ce à dire?

Selon McLuhan, le moyen de transmission par lequel nous recevons le message, c’est-à-dire le média, exerce autant, sinon plus d’influence sur nous que le contenu lui-même. La manière dont nous percevons l’information est transformée par le média qui nous la transmet.

D’après McLuhan, notre façon de percevoir les messages est transformée par les médias. Comme l’explique le cinéaste André Martin, nous ne comprenons pas Shakespeare de la même manière qu’il était compris jadis, car les perceptions sont modifiées.

La manière d’aborder les sujets, les notions fondamentales, telles l’espace ou le temps, ont évolué elles aussi, et cette évolution influe sur notre civilisation qui, a fortiori, se transforme.

Le média, c’est-à-dire le canal qui permet la transmission (radio, télévision, journaux, téléphone, etc.) crée un milieu qui agit sur nos perceptions sensorielles.

Nos sens : le goût, le toucher, l’ouïe, l’odorat et la vue, réagissent différemment selon le média. McLuhan explique que les médias sont des extensions de nous-mêmes : le livre est le prolongement de l’œil, le téléphone et la télévision sont l’extension du système nerveux…

Les travaux de McLuhan dans le domaine des communications sont comparés à ceux du psychanalyste Sigmund Freud (1856-1939) et du naturaliste Charles Darwin (1809-1882) pour leur caractère universel. Son dernier ouvrage, écrit en collaboration avec Barrington Nevitt, s’intitule Take today : The Executive as Dropout.

• McLuhan a enseigné à l’université du Wisconsin, à l’université Saint-Louis et à l’Assumption College, devenu l’Université de Windsor.

• Il est l’auteur de centaines d’articles et de plusieurs ouvrages dont, notamment, The Mechanical Bride : Folkore of Industrial Man(1951), La Galaxie Gutenberg (1962), Pour comprendre les médias (1964), Message et massage (1967), War and Peace in the Global Village et Through the Vanishing Point (1968).

McLuhan : prophète des temps modernes?

Date de diffusion : 30 décembre 1967

Contesté, McLuhan l’est, comme tous ceux qui ont des idées novatrices qui bouleversent les schémas traditionnels. Fondateur, avec d’autres, de la théorie de la communication de masse, sa réflexion se pose sur divers supports – langage, écriture phonétique, radio, télévision…

Cet extrait radiophonique réunit André Martin, cinéaste et auteur d’un film sur McLuhan, Jean Paré, traducteur des œuvres du penseur, et Gordon Sheppard, cinéaste et critique littéraire.

Alors, McLuhan est-il un prophète ou un fumiste? Chacun tente à sa manière de répondre à cette question.

Dans, Pour comprendre les médias, McLuhan écrit: « l’homme n’est pas conscient de l’influence qu’exercent sur lui les médias, ou s’il la découvre, il la découvrira trop tard et ne se rendra pas compte qu’il est passé de l’âge de Gutenberg à l’âge de l’électricité qu’une fois qu’il aura quitté l’âge de l’électricité ».

Si McLuhan se livre à cette réflexion sur les médias, c’est pour convaincre l’homme de leurs effets sur son comportement et pour qu’il ne soit plus la victime des instruments qu’il invente et qu’il utilise.

L’un des reproches les plus récurrents à l’encontre de Marshall McLuhan concerne son manque de clarté. Comme disait Nicolas Boileau, poète français du XVIe siècle « ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement », mais McLuhan n’a pas fait cette maxime sienne, et la lecture de ses écrits semble aride et ardue pour beaucoup.

Selon Jean Paré, traducteur de ses travaux, il éprouve de la difficulté à écrire, à s’exprimer avec clarté et simplicité, et il en a conscience. Il aime frapper les esprits et use d’arguments osés, parfois exagérés, rendant sa pensée confuse. D’après Gordon Sheppard, McLuhan écoute rarement, préférant de loin parler, s’écouter et penser en parlant.

La Galaxie Gutenberg

Date de diffusion : 30 décembre 1967

Qu’est-ce que « La Galaxie Gutenberg »? Ce que McLuhan nomme ainsi, c’est l’univers de la presse imprimée, développée grâce à la découverte de l’imprimerie par Gutenberg au Moyen-Âge, qui révolutionna la société.

Mais ce triomphe, cette « dictature de l’imprimé », comme le dit McLuhan, est avant tout celle de l’Occident.

Selon McLuhan, «  avec Gutenberg, toute l’histoire est devenue simultanée. Dans l’espace de la bibliothèque de l’honnête homme, le livre mobile a placé l’univers des morts » (tiré de La Galaxie Gutenberg).

La révolution de l’imprimerie a bouleversé le monde. Selon McLuhan, l’une des conséquences de ce bouleversement est la fragmentation de la société.

Le livre, en raison de sa malléabilité, incite les hommes à lire et à penser individuellement, à se centrer sur eux-mêmes. Dans La Galaxie Gutenberg, Mc Luhan écrit: «  Printing, a ditto device, confirmed and extended the new visual stress. It created the portable book, which men could read in privacy and isolation from others ». Selon lui, l’imprimé a entraîné une scission entre la pensée de l’humain et son action, entre sa tête et son cœur, car il l’a habitué à dépendre de sa vue, excluant les autres sens.

Alors que notre civilisation est audio-tactile, l’ère de l’imprimerie était visuelle. D’après les réflexions de McLuhan, la presse a permis le tirage de l’imprimé à grande diffusion dans toutes les langues et dans tous les dialectes, ce qui a donné naissance au nationalisme.

L’individu se replie sur lui, devient « linéaire », «  unidimensionnel  », terme employé par James Joyce, romancier fort apprécié de McLuhan, et repris par Herbert Marcuse dans son ouvrage, L’Homme unidimensionnel, écrit en 1964.

Médias chauds et médias froids

Date de diffusion : 30 décembre 1967

La distinction entre médias «   chauds  » et médias « froids » fait référence au degré de participation requis par l’individu.

Les médias «  chauds  », précis et denses, tels l’imprimé et la radio, transmettent un flux important d’informations dont la compréhension ne nécessite pas d’implication de l’individu.

Les médias dits «  froids », imparfaits et de faible intensité, comme la télévision et le téléphone, sont des médias peu explicites, qui diffusent un message inachevé et exigent une participation plus importante du sujet afin de comprendre le contenu.

Cette remarque remet en cause les théories antérieures selon lesquelles le téléspectateur est passif devant son écran. McLuhan bouleverse les idées reçues en affirmant que l’individu qui regarde la télévision joue un rôle actif, il doit compléter l’information qui lui est transmise afin de la comprendre.

En revanche, la radio diffuse des messages à jet continu, parmi lesquels l’auditeur n’a pas besoin de choisir, car la transmission est linéaire, elle ne fait appel qu’à un sens : l’audition.

L’avenir de la communication est lié au développement des technologies électriques, selon McLuhan. Le média de nature électrique, tel que le téléphone ou encore Internet aujourd’hui, sont des « cool media », capables de resocialiser l’individu.

Celui qui participe à une communication de cette nature a accès à une communauté d’individus. C’est à partir de cette analyse que McLuhan établit le concept de «  village global ».

Pour comprendre McLuhan…

Date de diffusion : 22 octobre 1993

À l’occasion de la réédition de Pour comprendre les médias, Florian Sauvageau, professeur à l’Université Laval et auteur de la préface, s’entretient avec Christiane Charette au sujet de McLuhan.

Homme de paradoxes, personnalité médiatique qui dénonçait le « star system », mais utilisait les médias pour répandre le fruit de ses recherches, McLuhan était aussi un visionnaire qui connaissait finement les médias.

Ses critiques adressées aux chercheurs traditionnels et à leurs méthodes obsolètes lui valaient de nombreuses inimitiés au sein du monde universitaire.

Selon McLuhan, «  l’homme n’est pas conscient de l’influence qu’exercent sur lui les médias, ou s’il la découvre, il la découvrira trop tard et ne se rendra pas compte qu’il est passé de l’âge de Gutenberg à l’âge de l’électricité qu’une fois qu’il aura quitté l’âge de l’électricité  ».

Si McLuhan se livre à cette réflexion sur les médias, c’est pour convaincre l’homme de leurs effets sur son comportement et pour qu’il ne soit plus la victime des instruments qu’il invente et qu’il utilise.

Pour McLuhan, les nouvelles techniques de diffusion collective que sont la presse, la radio, la télévision, le cinéma, et maintenant Internet, sont des prolongements et des outils de l’être humain.

Dénommés « mass media » par les sociologues, ce sont des instruments de la culture de masse qui exercent une certaine influence sur l’homme.

Espace, temps et village planétaire

Date de diffusion : 29 octobre 1972

Après l’ère tribale puis l’ère mécanique, nous serions au seuil d’un nouvel âge, celui de l’ère électronique. Selon Guy Allard, professeur à l’Université de Montréal, les nouveaux médias électroniques font appel à tous nos sens.

Cette redécouverte de l’intégrité sensorielle, de la simultanéité, renvoie aux sociétés primitives qui existaient avant la découverte de l’écriture, à «  un monde où le sujet est réconcilié avec l’objet  », un monde unifié.

Mais, comme le souligne Guy Allard, dans cette nouvelle totalité, il existe un organisme cybernétique régulateur  : l’ordinateur, sorte de thermostat qui contrôlerait la température affective de la planète.

Le village planétaire de McLuhan concerne non seulement l’espace mais aussi le temps. Le professeur affirmait dans une entrevue «  Le futur est ici, il n’y a pas d’avenir. Tout ce qui peut se produire dans les cent prochaines années s’est déjà produit  ».

Une telle affirmation entraîne une suppression de l’histoire, une négation de la temporalité. Est-ce notre véritable présent dont McLuhan nous brosse le portrait, et dont nous n’avons pas conscience?

La galaxie Marconi propose un message simplifié mais global reconstituant la famille humaine en une seule tribu mondiale. Comme le dit McLuhan dans Pour comprendre les médias: «  Pendant l’âge mécanique nous avons prolongé notre corps dans l’espace. Aujourd’hui, après plus d’un siècle de technologie de l’électricité, c’est notre système nerveux central lui-même que nous avons jeté comme un filet sur l’ensemble du globe, abolissant ainsi l’espace et le temps  ».

Le village global : mythe ou réalité?

Date de diffusion : 23 février 1991

«  De toutes parts nous parvient l’information à vitesse accélérée, à vitesse électronique. On dirait que nous faisons tous partie (…) d’un petit village mondial   » (McLuhan).

Au sujet du village global, Arthur C. Clarke (1917) pensait que les nouvelles technologies induiraient une transparence dans la communication entre États, nations et pays, et seraient vecteur de la mondialisation des systèmes.

Or, force est de constater qu’une scission entre pays riches et pays en voie de développement ne place pas tout le monde sur le même pied d’égalité au sein de cette tribu mondiale.

Ce «  village global  », créé par la transmission d’informations électroniques instantanées, nous ouvre au monde et s’accompagne d’une prise de conscience face aux problèmes contemporains.

Cette notion de conscience planétaire est annoncée par Teilhard de Chardin et reprise par McLuhan. Nous devenons spectateurs et témoins des événements internationaux médiatisés qui entrent dans notre univers en direct.

Mais ce village nous entraîne-t-il vers un monde plus humain ou constitue-t-il une nouvelle forme de colonialisme technologique?

McLuhan, celui qu’on surnommait «  la comète intellectuelle canadienne  » a anticipé, trente ans plus tôt, ce que serait la société actuelle: «  nous approchons rapidement de la phase finale des prolongements de l’homme : la simulation technologique de la conscience  ».

Avec l’arrivée du réseau tentaculaire Internet qui tisse sa toile à travers le globe, abolissant toutes les frontières, le monde est devenu un immense système nerveux où règnent les nouvelles technologies.